Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France-KLM condamné à 1 million d'euros d'amende


L'Autorité des marchés financiers (AMF) a infligé une amende de 1 million d'euros à Air France-KLM. Elle a relevé et sanctionné des manquements dans la communication financière du groupe aérien lors de son exercice 2010-2011.



L'Autorité des marchés financiers (AMF) a indiqué le 6 mars 2015 avoir condamné Air France-KLM et son ancien patron, Pierre-Henri Gourgeon, à verser respectivement un million d'euros et 40 000 euros. Elle estime qu'ils ont «manqué à leur obligation d'information du public», notamment par rapport aux perspectives de l'exercice 2010-2011, leur réajustement et la présentation des comptes consolidés au 31 mars 2011.
L'AMF pointe du doigt en particulier la communication du 19 mai 2010. Elle estime que le groupe se montre «équivoque» quant à la prise en compte dans les perspectives du groupe de l'éruption du volcan islandais. L'Autorité reproche aussi à la holding de ne pas avoir prévenu «dès que possible» que son objectif d'un résultat d'exploitation supérieur à 300 millions d'euros ne serait pas atteint.
Il avait été requis en décembre dernier des sanctions de 1,5 million d'euros à l'encontre du groupe aérien et de 50.000 euros à l'encontre de Pierre-Henri Gourgeon.

Air France-KLM a annoncé dans un communiqué qu'il ne ferait pas appel de cette décision. Le groupe précise qu' «une série d’événements exceptionnels et imprévisibles» avait «rendu la communication financière particulièrement difficile», comme les conséquences de l'irruption du volcan islandais mais également les crises politiques au Moyen-Orient et en Afrique, le tsunami au Japon ou encore la flambée des prix du pétrole. En outre, la holding «relève que la Commission des Sanctions a écarté plusieurs griefs retenus par le collège tout en regrettant que ses autres arguments n'aient pas été retenus, d'autant que, lors de l'audience, le rapporteur avait relevé qu'aucun investisseur n'avait été lésé». L'entreprise précise qu'elle a «encore renforcé ses procédures de gestion de son information financière» depuis l'ouverture de la procédure.