Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 22 Septembre 2013

Air France et la cocaïne trouvée à bord: le net s'amuse et s'inquiète



Alors que le très sérieux Ministre de l'intérieur, Manuel Valls, se félicite de la capture de plus d'une tonne de cocaïne arrivée dans l'Hexagone via un avion d'Air France, le net anglais s'amuse de cette information et précise que la compagnie française "aurait trouvé une méthode pour renflouer rapidement ses dettes". Chocking pour les européens !



Air France et la cocaïne trouvée à bord: le net s'amuse et s'inquiète
Drôle d'affaire, dont les tenants et les aboutissants seront sans doute révélés ces prochaines semaines, que celle qui touche indirectement Air France. Pas moins de 31 valises, enregistrées aux noms de passagers fictifs, ont transporté cette curieuse marchandise depuis le Venezuela. Selon les douanes, le montant de la prise s'élève à 50 millions d'euros pour une revente en gros, et 200 millions en détail. L'enquête permettant cette saisie a duré des semaines, demandé des moyens énormes, et débouché sur l'arrestation de 6 personnes pour l'instant, interrogées à Paris. Air France a annoncé une enquête interne pour comprendre comment des valises pouvaient se trouver à bord sans correspondre à des passagers embarqués. Mais une autre question reste toujours en suspens : "Qui étaient les complices des trafiquants à Roissy ?". Une interrogation qui va au delà du simple trafic de stupéfiants et qui conduit la police des frontières à repenser les accréditations des personnels qui interviennent sur la plateforme. Un représentant des douanes se posait la question du double contrôle des valises à l'arrivée, comme cela se fait dans certains pays. Un scanner de sortie qui permettrait d'analyser la nature des produits transportés par les voyageurs. Et d'ajouter "Si les convoyeurs étaient au sein de Roissy, il est vrai que ce type de contrôle est inutile. Mais la vraie question qui se pose est inquiétante : et si c'étaient des explosifs qui étaient ainsi arrivés en France ?".