Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Boeing savait que ses batteries avaient des problèmes !


Pannes, début d’incendie... les B787 ont créé bien des soucis à ANA et Japan Airlines en ce début d’année 2013. Mais ces incidents ne sont pas les premiers qu’elles ont observés sur leurs machines. Les deux compagnies japonaises ont reconnu, le 30 janvier 2013, qu’elles avaient dû par le passé changer plusieurs batteries lithium-ion, soupçonnées d’être à l’origine des problèmes de l’avion.



Boeing savait que ses batteries avaient des problèmes !
Alors que les Dreamliner pourraient rester encore cloués au sol en février, la compagnie japonaise ANA et sa consœur JAL ont reconnu avoir remplacé plusieurs batteries lithium-ion sur leurs Boeing 787 en seulement quelques mois (de mai à décembre 2012). Ces pièces ont normalement une durée de vie de deux ans. ANA qui est à la tête d’une flotte de 17 Boeing 787, a indiqué avoir procédé à 10 changements à cause de divers problèmes tandis que JAL a expliqué en avoir fait «plusieurs», sans plus de précisions.

Boeing avait été informé du problème
Reuters précise qu’ANA n’a pas informé les autorités américaines de ces changements car les problèmes détectés (charge inhabituellement faible pour 5 d’entre elles) ne représentaient pas un danger pour la sécurité de l’avion. Par contre, elle avait prévenu Boeing des avaries rencontrées depuis mai dernier sur cette pièce. Elle avait également renvoyé les batteries chez le constructeur GS Yuasa Corp. L’avionneur d'outre-atlantique a refusé de commenter l’information en raison de l’enquête ouverte par le Bureau national de sécurité des transports (NTSB) américain. Les investigations risquent d’ailleurs d’être complexes car le système des batteries lui même est complexe. Il pourrait ainsi être difficile de déterminer la ou les causes à l’origine de ces problèmes.






1.Posté par Garfield le 31/01/2013 10:37
Problème potentiellement grave pour cette nouvelle famille d'avions de la firme Boeing. Un feu à bord peut dégénérer extrêmement vite, la catastrophe du vol Swissair 111 en est la preuve.

Cela est aussi problématique pour les employés des compagnies aériennes touchées, ainsi que pour ceux de Boeing, puisque trop souvent ce sont les employés, qui n'y peuvent rien, qui seront les victimes financières potentielles des pertes provoquées par ces incidents à répétition.

Par contre, pour la firme Boeing, et ses dirigeants en particulier, cela reste un juste retour de manivelle, la communication de cette société ayant abondamment souligné les problèmes d'Airbus lors les retards et soucis techniques, à l'origine de surcoûts et de retards de livraisons, liés à l'arrivée de l'A380.

Moralité de l'histoire : ne jamais monter en épingle les problèmes d'un concurrent ou se moquer de ses problèmes, car on n'est jamais à l'abri soi-même...