Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 17 Mars 2013

Expats : 37 % des français ne veulent plus rentrer en France



Selon une étude de Mondissimo, Le salarié sous contrat ou encore détaché à l'étranger ne fait plus forcément rêver. La tendance amorcée en 2007 est désormais confirmée : 1 Français sur 2 à l’étranger travaille dans une entreprise locale ou est sous contrat local. On apprend aussi que 7 Français salariés sur 10 ont le statut "cadre" et que le nombre de créateurs d’entreprises a quasiment doublé en 10 ans. Ils sont désormais 2 sur 10 à avoir monté leur propre business à l’étranger.



Expats : 37 % des français ne veulent plus rentrer en France
Expatrié, ce n'est pas une obligation, c'est un choix. Selon Mondissimo 37 % des personnes interrogées déclarent qu'elles ne rentreront jamais en France. Selon l'étude, au 31 décembre 2012, 1 611 054 de nos compatriotes étaient inscrits au registre mondial des Français établis hors de France, soit une hausse de 1,1% par rapport à l’année précédente. Cette augmentation, bien inférieure à celle observée en 2011 (le nombre d’inscrits au registre avait alors progressé de 6%), est également inférieure à la tendance moyenne d’accroissement de la communauté française à l’étranger, à savoir une croissance annuelle moyenne de l’ordre de 4%. La perspective des élections présidentielles et législatives de 2012 qui a vraisemblablement incité les Français à s’inscrire massivement, explique la forte croissance constatée en 2011 et l’atténuation de cette progression en 2012, du fait notamment de la hausse du nombre de radiations.

En 2013, 33% des français sont installés dans des pays de l'Union Européenne (contre 35% en 2003), 19% sont en Amérique du Nord (+ 5% qu'en 2003) et 14 % en Asie, comme en 2003. 76 % d'entre eux vivent en couple mais 16% sont seuls ou veufs. Autre constat, depuis 2006, les Français de l’étranger rentrent de moins en moins souvent en France. Près de la moitié ne rentre dans leur pays d’origine qu’une seule fois par an…L’économie pratiquée par les entreprises vis-à-vis de leurs salariés, mais aussi par les travailleurs indépendants sur ce poste est évidente. Un effet de la crise assurément ! L’aide apportée par l’entreprise à la recherche d’emploi du conjoint est devenue quasi nulle. Le temps où 7% des entreprises s’y employaient (en 2005) est révolu. Seulement 4% d’entre eux ont été aidés par un organisme. En 2005, 1 Français sur 2 voyait les frais de scolarité de son ou ses enfants pris en charge, ils ne sont plus que 1 sur 5 en 2013… Les bénéficiaires de la gratuité pour les frais de scolarité de leurs enfants ont également diminué de moitié depuis la mise en place de la mesure en 2012.

L'étude sera présentée dans le détail les 19 et 20 mars prochain dans le cadre de la 5ème convention Mondissimo au Palais Brognart à Paris.

Téléchargez l'étude

resultats_etude_def_2013.pdf Resultats_etude_def_2013.pdf  (2.15 Mo)