Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 21 Février 2011

Google s'intéressera bien aux voyages d'affaires



Dans une présentation faite à des financiers américains, Google a confirmé son intention de devenir incontournable dans l'univers du voyage en ligne. Et de préciser qu'aucun segment ne sera ignoré. Selon les analystes de Palo Alto, cités par le San Jose Mercury News, "Google aurait identifié les grands segments du voyage et en particulier celui des déplacements professionnels".



Google s'intéressera bien aux voyages d'affaires
Avec le rachat de ITA, le géant des moteurs de recherche, qui affirme ne pas vouloir vendre directement, veut mettre en place des bases de données incontournables des tarifs utilisés par les annonceurs pour agréger leurs offres. Google fait un pas en avant en évoquant également la possibilité d'associer des "fournisseurs" aux moteurs de recherche thématiques ainsi créés. Mais la société californienne refuse de ne devenir qu'un outil au service des Expedia, Travelocity, Kayak et autres agences en ligne. Son ambition serait ailleurs : devenir facilitateur d'offres en offrant un vaste choix de prix pour ses voyages, y compris les déplacements d'affaires.
A ce jour, Google attend toujours le feu vert des autorités américaines pour le rachat d'ITA. Une vente estimée à 700 millions de dollars pour des revenus annuels estimés par les experts à plus de 2 milliards de dollars. La plupart des associations américaines du voyage d'affaires se sont penchées sur le dossier et commencent à exprimer leurs craintes sur cette arrivée de Google dans le voyage. Et d'autant plus que, selon un ancien salarié, l'entreprise aurait à sa façon créé un SBT naturel qui irait piocher les meilleurs prix en renvoyant l'achat définitif vers des partenaires prêts à lâcher une forte marge pour récupérer les clients.
Enfin, les compagnies aériennes regardent avec intérêt les prochaines annonces de Google qui pourraient, selon elles, offrir une alternative solide à une partie du trafic opéré sur les GDS.