Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Intercités : la FNAUT demande l'ouverture à la concurrence


Le ministère des Transports a réuni le troisième comité de suivi des trains Intercités. La Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT) profite de cette occasion pour demander via un communiqué «un moratoire sur toutes les suppressions envisagées, un avenant à la convention pour préparer au plus tôt l’ouverture à la concurrence sous forme de délégation de service public et la révision par l’Etat des modalités de financement».



Si la FNAUT reconnaît que la SNCF a réalisé «certains efforts commerciaux», elle pointe du doigt le nombre de trains en circulation qui ne cesse de se réduire : suppressions sur Paris – Saint-Quentin, du train de nuit Hendaye – Genève, limitation du Céveno. Elle assure que «les suppressions ne sont pas toutes justifiées par les travaux de modernisation des infrastructures». Elle estime donc que l’esprit de la convention Etat-SNCF 2011-2013 signée en 2011 n’a pas été respecté. «Les usagers, qui financent 80 % des coûts de fonctionnement des Intercités, ne peuvent plus accepter la dérive de ces coûts (la contribution publique est passée de 200 millions d’euros en 2010 à plus de 300 millions d’euros en 2013) et assister à la destruction progressive des services, particulièrement sur les lignes transversales et les trains de nuit», ajoute t-elle.

La FNAUT demande ainsi un moratoire sur toutes les suppressions envisagées de dessertes Intercités. Elle souhaite également que l’Etat repense la répartition des financements de la subvention d’équilibre. Elle précise que selon elle «la taxe d’aménagement du territoire versée par les sociétés autoroutières doit être augmentée (et non abaissée de 35 M € à 16 M €) et la contribution de la SNCF allégée, car l’extension des autoroutes sans modernisation simultanée du réseau ferré est l'une des causes de la fragilisation des Intercités». Elle réclame également que l’ouverture des dessertes à la concurrence sous forme de délégation de service public soit expérimentée en 2016.