Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 8 Août 2016

L’OACI s’inquiète pour l’environnement du transport aérien



L'agence des Nations unies basée à Montréal s’inquiète de l’impact du transport aérien sur l’environnement et la qualité de la vie. Dans son rapport environnemental 2016, elle constate un effet réel des changements écologiques sur le fonctionnement des compagnies aériennes.



Les changements climatiques auront-ils des conséquences sur les déplacements professionnels ? Sans doute, si l'on en croit le dernier rapport environnemental de l,OACI. L'agence des Nations unies basée à Montréal souligne avoir élaboré des normes, des politiques et des procédures d’exploitation et affirme que "l’exploitation aérienne est aujourd’hui 70 % plus efficace que dans les années 70". Il reste que la hausse des températures va augmenter la couverture nuageuse des aéroports du Moyen-Orient et d'Amérique latine, que l'augmentation du niveau de la mer menace les pistes proches des côtes ou encore la multiplication des turbulences en vol.

Neuf mois après la conclusion de la conférence sur le climat de Paris, qui a fixé l'objectif de limiter le réchauffement à moins de 2 degrés par rapport à l'ère pré-industrielle, l'OACI remarque que "prendre rapidement des mesures en réponse aux risques climatiques est plus rentable que d'agir a posteriori pour compenser" les conséquences de la hausse des températures. Pour cela, l'organisation internationale appelle les acteurs du secteur aérien à "travailler ensemble" pour définir des stratégies et des plans d'actions communs. Notamment, l'agence encourage à prendre en compte dès aujourd'hui "les épisodes météorologiques extrêmes qui permettent d'avoir un aperçu de ce que sera ‘la nouvelle normale" en 2030-2040.

A titre d'exemple, l'OACI cite les 46 aéroports situés le long du littoral norvégien : "20 d'entre eux sont assez exposés et plusieurs ont des pistes construites à moins de 4 m du niveau de la mer. Et aucun aéroport ne se ressemble". Après une évaluation des risques dans les aéroports norvégiens menée en 2014, il a ainsi été conclu que de nombreux aéroports sont menacés par de futures inondations, ce qui a notamment engendré l'augmentation de 50% des capacités de drainage à Oslo, ou encore le maintien d'une seconde piste à Stavanger (Ouest), afin de prévenir le changement de direction des vents.
"Les principaux effets du réchauffement seront encore plus visibles dans trois ou quatre décennies. Il n'y a donc pas de raison de paniquer", note l'OACI. Néanmoins, tous les aéroports doivent élaborer "une réponse sensée" et doivent "mener une évaluation des risques des infrastructures existantes afin d'anticiper, de réduire les risques et d'assurer la fiabilité du secteur aérien".