La FNAM réclame un gel des redevances aéroportuaires

La Fnam qui représente 95% du secteur du transport aérien français, s'oppose à la hausse des taxes aéroportuaires voulue par ADP. L'organisation demande un gel des redevances pour 2015 voire une baisse, à l'exemple de l’aéroport de Schiphol qui a des liens capitalistiques avec le gestionnaire des pistes parisiennes.

Dans son communiqué du 19 janvier 2015, la Fnam rappelle qu' «Aéroports de Paris (ADP) a proposé une augmentation de +2,4 % des redevances aéroportuaires, ce qui correspond à 11 fois l’inflation. Cette augmentation sera applicable du 1er avril 2015 au 31 mars 2016 ; ADP s’aligne ainsi sur les aéroports européens les plus chers, particulièrement sur l’aéroport d’Heathrow». L’ensemble des compagnies françaises et étrangères avaient voté à l’unanimité contre cette augmentation en décembre dernier.

L'association du secteur aérien ajoute que «le rapport Bruno Le Roux sur la compétitivité du transport aérien français a mis en exergue le sujet des redevances aéroportuaires, en rappelant leur évolution sur les aéroports de Roissy et d'Orly : leurs tarifs ont augmenté de +30 % depuis 2005 et le montant reversé à Aéroports de Paris s'élève à 1 100M€ annuel. Ces augmentations continues nuisent à la compétitivité du transport aérien français en grande difficulté économique». Elle poursuit «Or, sur l’année 2014, les redevances aéroportuaires avaient d’ores et déjà augmenté de 2,95%». La FNAM (dont Air France notamment est membre) réclame donc le gel des redevances et interpelle dans ce sens le Ministère des Transports.