Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les avions d'Air Algérie sous l'oeil de l'Europe : réelle menace ou nouveau coup bas ?


Petites manœuvres et grandes déclarations se multiplient contre le directeur de la compagnie nationale. Le quotidien Liberté a annoncé mercredi l’interdiction de cinq appareils Air Algérie par l’Organisation européenne de l’aviation civile. Une information démentie dès le lendemain par son Président, Abdelwahid Bouabdallah, qui dénonce une campagne de «désinformation», «une pression d’une certaine presse pour pousser vers une décision défavorable».



La guerre des chefs continue en Algérie : après les différentes attaques portées contre le président de la compagnie nationale, c’est cette fois la flotte d’Air Algérie qui est visée par certains médias locaux. La compagnie est en effet surveillée par la Commission européenne pour s’assurer de la conformité des appareils utilisés. Son PDG a confirmé qu’un passage devant la commission est prévu le 5 avril, mais l’Organisation européenne de l’aviation civile aurait réfuté une procédure d’interdiction. M. Bouabdallah concède néanmoins «quelques dysfonctionnements», et «un plan de surveillance très dur».
De son côté, Liberté affirme que "Cinq avions, des Boeing (...) ne répondent plus aux règles de conformité internationale et, [sont] donc, interdits d’aviation et d’atterrissage dans les aéroports européens".
La décision officielle des autorités européennes devrait permettre d’y voir – un peu – plus clair sur un ciel aérien toujours aussi chargé.