Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 21 Juillet 2010

Les revenus additionnels participent grandement aux résultats financiers des compagnies aériennes



IdeaWorks, cabinet de conseil spécialisé dans les revenus provenant des services additionnels et Amadeus confirment aujourd'hui dans une étude dédiée que le véritable raz-de-marée économique constaté en 2008 autour des services additionnels proposés par les compagnies aériennes s'est poursuivi en 2009. Selon cette enquête, de plus en plus de compagnies aériennes affichent dans leurs rapports financiers des millions, voire des milliards d’euros de recettes engendrées par les services additionnels. La hausse est de 43% par rapport à 2008.



Les revenus additionnels participent grandement aux résultats financiers des compagnies aériennes
Les revenus issus des services additionnels constituent désormais une composante fondamentale du chiffre d’affaires des compagnies aériennes, toutes catégories confondues, qu’elles soient grandes ou petites, mondiales ou régionales, low-cost ou classiques. Les premiers résultats publiés à partir d’une étude portant sur les rapports financiers 2009 de 96 compagnies aériennes, montrent que les recettes issues des services additionnels ont augmenté de 3,32 milliards d’euros par rapport à 2008, pour atteindre un total de 11 milliards d’euros (13,5 milliards de dollars).

Ces estimations prennent en compte les revenus des prestations à la carte, comme les suppléments bagage et les denrées alimentaires vendues à bord, les commissions perçues sur les réservations d’hôtels et les locations de voitures, les assurances proposées sur les sites des compagnies ou encore les revenus enregistrés en partenariat grâce aux programmes de fidélité « frequent flier ».

Par rapport à 2008, l’étude fait ressortir certains changements au sein du peloton des 10 premières compagnies aériennes. Aux trois premières places, on trouve des transporteurs opérant par réseau à partir des États-Unis, et qui bénéficient notamment des revenus conséquents que leur procurent leur programmes « frequent flier », et de l’accent particulier mis sur la facturation des bagages. Toutefois, les revenus de ces entreprises parvenues à maturité ont tendance à se stabiliser, alors que ceux enregistrés par les compagnies qui les suivent ont fait un formidable bond en avant. La quatrième place revient à la compagnie Qantas, dont les revenus pointent 25% au-dessus de ceux du numéro 4 de 2008, Ryanair. Il faut désormais afficher des revenus annuels d’au moins 300 millions d’euros pour pouvoir prétendre entrer dans le club des Top 10. US Airways et Air Canada y font leur entrée, au détriment de JetBlue et d’Emirates.

Les revenus additionnels participent grandement aux résultats financiers des compagnies aériennes
Les compagnies présentes dans ce peloton de tête applique une politique dynamique en matière de revenus issus des services additionnels (suppléments bagages, cafés payants à bord, supplément pour siège attribué, commissions sur les ventes de séjour hôteliers et les locations de voitures, etc.). Alaska est la seule compagnie appartenant à un réseau qui figure dans cette liste. Son approche à la carte est moins systématique, mais elle bénéficie de l’apport d’un puissant programme « frequent flier » et de carte co-brandée.

Globalement, l’activité « par voyageur » a nettement augmenté en 2009, avec des résultats en hausse par rapport à 2008 pour le numéro 1 comme pour le numéro 10. Allegiant affiche toujours une forte croissance, avec une progression de 25%. Le Britannique Jet2.com enregistre quant à lui une fulgurante ascension de 58%, dépassée seulement par celle de Qantas (72%). On notera en revanche la contre-performance de Ryanair en matière de revenus issus des services additionnels, la compagnie disparaissant du Top 10 et laissant la place à son grand rival EasyJet, qui accroche la dixième place du classement 2009.

Les revenus additionnels participent grandement aux résultats financiers des compagnies aériennes



1.Posté par Roman le 28/07/2010 12:28
C'est une tendance générale, que même les compagnies régulières suivent. Si le prix du billet baisse, c'est une bonne chose. Mais on s'aperçoit que ce n'est pas souvent le cas, même pour les compagnies low cost comme Ryanair (dernière annonce, une augmentation des tarifs de 10% alors même que les charges additionnelles augmente régulièrement). Les conditions commerciales aussi, doivent être claires, pas toujours facile de s'y retrouver