Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les voyageurs d'affaires sur écoute "sauvage" avec Flying Blue ?


Air France a annoncé vouloir repenser les conditions de son programme de fidélisation Flying Blue pour mieux répondre aux attentes des passagers. Mais la nouvelle version aurait un souci. Le Point révèle que le syndicat Sud aérien Bluelink a déposé plainte auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). Tous les appels passés à Flying Blue seraient enregistrés, sans exception.



Les voyageurs d'affaires sur écoute "sauvage" avec Flying Blue ?
Pour prendre un billet prime, les membres de Flying Blue appellent un numéro surtaxé géré par une filiale d’Air France BlueLink. Mais l’entreprise qui sous-traite également à l'île Maurice, à Prague et à Sydney, ne serait pas en conformité avec la réglementation de la Cnil. Le Point a révélé le 25 septembre 2012 qu’elle enregistrait toutes les conversations qui passent par ses standards. Or pour obtenir un billet prime, les voyageurs fréquents doivent transmettre des données sensibles comme le numéro de leur carte bleue et sa date de validité. L’existence de ces enregistrements en grand nombre pose la question de la protection des informations. Pour pouvoir garder une trace systématique de leurs échanges téléphoniques, les centres d’appel doivent en effet avoir une autorisation spéciale de la Cnil qui est uniquement accordée aux pompiers, à la police, au Samu ou des banques. Interrogé par l'hebdomadaire, le directeur général de Bluelink Tanguy de Laubier a assuré être «conforme vis-à-vis de la Cnil, par rapport à la finalité demandée par son client Air France». Il a également ajouté «La déclaration nominative a été faite le 14 septembre 2011». Mais la Cnil a indiqué n’avoir trouvé aucune trace de cette demande. Requestionné, le dirigeant de la filiale d’Air France a reconnu avoir uniquement fait une déclaration sans indiquer la fréquence des enregistrements tout en se défendant «C'est à la Cnil de me dire que je ne peux pas tout enregistrer. De zéro à 100 %, nous avons fait 100 %. Mais c'est dans l'unique but d'améliorer la qualité de service, la seule chose qui nous importe. Nous allons immédiatement rectifier le tir».