Mercredi 19 Septembre 2012

Programme réduit et licenciements chez American Airlines


Comme en juillet, American va réduit son programme de vols de septembre ainsi qu’octobre de 1 % à 2 %. La raison : les pilotes de la compagnie qui ne sont pas en bon terme avec leur direction, se font porter pâle ou remplissent des rapports de maintenance sur les avions, ce qui réduit les capacités de l’entreprise. Par ailleurs 11 000 salariés ont reçu une lettre de licenciement.



Programme réduit et licenciements chez American Airlines
Les changements de planning se font déjà sentir dans les aéroports américains. Depuis dimanche 16 septembre 2012, American Airlines a annulé près de 250 vols domestiques soit trois fois plus que ses concurrentes, selon le site FlightAware.com. «Nous évaluons constamment nos programmes de vols en fonction de nos ressources opérationnelles et salariales, ainsi que la demande, et nous faisons des ajustements quand c’est nécessaire», a indiqué la porte-parole d’American Airlines. Le transporteur s’excuse pour les désagréments occasionnés par cette refonte de planning et assure qu’il proposera des solutions aux passagers touchés.
Les ennuis pourraient ne pas être finis pour l’entreprise placée sous chapitre 11 depuis novembre 2011. Ses navigants sont actuellement en train voter pour décider ou non de la tenue d’un mouvement social prochainement à la demande du syndicat Allied Pilots Association. Il a organisé cet appel pour protester entre autres contre l’annulation de l'accord d'entreprise précédent par le tribunal des faillites. Ainsi, la compagnie peut décider seule des prochaines conditions de travail des pilotes. Les résultats du vote devraient être connus à partir du 3 octobre prochain.
Dans le même temps 11.000 employés ont été avertis par écrit d’un possible licenciement, essentiellement des mécaniciens et personnels au sol. Pas moins de 2500 personnes ont déjà accepté un départ volontaire depuis le début de l'année mais ce sont 14 000 postes que la direction a affiché vouloir supprimer. Selon la «Handelszeitung», Bruce Hicks, porte-parole de l’entreprise, a annoncé que la compagnie s’attend à se défaire rapidement de 4 400 personnes.