Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Lundi 17 Février 2014

Quand un co-pilote détourne son propre avion!



Curieuse affaire que ce détournement d'avion qui a eu lieu ce lundi matin à Genève. C'est en effet le co-pilote de l'appareil qui a détourné le vol Addis-Abeba - Rome sur Genève, afin de demander l'asile politique à la Suisse!



Deux cents passagers et membres d'équipage sont restés sidérés en apprenant les raisons de leur atterrissage ce lundi matin à Genève, au lieu de Rome. Le co-pilote, un homme de 31 ans qui voulait demander l'asile politique à la Suisse, a tout simplement profité de la sortie du pilote, parti aux toilettes, pour s'enfermer dans le cockpit et prendre le contrôle de l'avion. Venant d'Ethiopie, il était au dessus du Soudan lorsqu'il a pris les commandes et a décidé d'atterrir à Genève au lieu de Rome. Poursuivant sa route, le copilote a d'abord annoncé vouloir faire le plein de kérosène à Genève. Puis il a expliqué au contrôle aérien italien que l'avion était détourné. "L'avion était alors en train de survoler le sud de l'Italie. La demande a d'abord été refusée", a expliqué Xavier Wohlschlag, directeur des opérations à Genève aéroport. L'avion, escorté par des appareils italiens et français, a atterri à Genève à 06h02, après avoir tourné pendant une heure au-dessus de la région. Les passagers ont été pris en charge par le personnel de l'aéroport pour prendre un autre avion et se rendre à Rome.
Dans un premier temps, le co-pilote a tenté de sortir de l'avion par la fenêtre avec une corde, et s'est finalement rendu à la police. Il a expliqué qu'il se sentait menacé dans son pays. Sa demande "ne part pas sur de bonnes bases", a indiqué le conseiller d'Etat Pierre Maudet lors de la conférence de presse des autorités genevoises à Cointrin. La direction d'Ethiopian Airlines a précisé aux autorités helvétiques que cet homme, qui travaillait depuis 5 ans pour la compagnie, était jusqu'ici sain d'esprit. Il est interrogé par la Police suisse de l'air et des frontières. Il risque 20 ans de prison pour terrorisme.