Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Dimanche 16 Mai 2010

Quand une compagnie aérienne bannit un acteur prometteur



United Airlines ne veut pas le confirmer, même si tous les témoignages le confirment : Jonathan Rhys Meyers, remarqué dans la série Tudor's en Angleterre, pourrait être interdit de vol sur la compagnie américaine en raison d'un comportement agressif consécutif à une trop forte consommation d'alcool dans le salon de la compagnie. On pourrait croire la situation rarissime… Il n'en est rien, des listes noires circulent dans les compagnies pour éviter les passagers "difficiles".



"Nous connaissons bien les personnalités à problème qui pourraient fortement perturber un vol", reconnait anonymement le spécialiste français d'une grande compagnie aérienne qui a en charge les relations avec les personnalités, "Nous savons désormais comment faire pour éviter qu'ils ne soient dans nos avions". Concrètement, si le refus de vente est punissable par la loi, bien des astuces utilisées relèvent plu du système D que de la réalité économique. "Nous indiquons que les vols sont pleins, que les correspondances sont impossibles ou que le vol choisi dans la classe choisie n'est pas disponible aux dates demandées". En règle générale, les personnalités utilisent des services spécialisés pour contacter les compagnies et ne se cachent pas pour obtenir quelques avantages supplémentaires : surclassement, vols gratuits, avantages pour les accompagnateurs…. La liste des excuses est longue et reste très confidentielle, tout comme celle des habitués de ce type de demandes . "Nous savons dire non, avec doigté, à un animateur de télé ou un journaliste qui a une petite notoriété", poursuit notre spécialiste, "Très rapidement, ils apprennent à ne plus nous solliciter. Tout comme nous savons très vite par le personnel des salons le ou les personnalités en état d'ébriété. Il nous est arrivé de ne pas les accepter à bord, discrètement. Nous leur proposons de prendre un autre vol, plus tard". Et au final, tout cela fonctionne assez bien. Pour les récidivistes, pas question de trouver une place à bord du vol demandé. "Il faudra vraiment que les accompagnateurs se portent garants pour eux et que nous les contrôlions directement lors de l'accès à bord. Seule certitude, les hôtesses refuseront de leur servir à boire plus d'un ou deux verres. C'est le contrat passé avec eux".