Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Une nouvelle compagnie aérienne pour La Réunion


Baptisé du nom de code Newco (sans doute pour Nouvelle Compagnie), le futur transporteur aérien entre Paris et la Réunion verra le jour au départ de l'aéroport de Pierrefonds qui se dit prêt à «redécoller très rapidement». À la tête du projet, deux poids lourds du transport aérien, ancien d'air Austral, Gérard Ethève et Gabriel Pinelli.



Le projet, dont le détail a été publié par notre confrère Zinfos974.com, vise à désenclaver le sud de La Réunion et l'aéroport Roland-Garros, en créant une structure basée à Pierrefonds (au sud ouest de l'île) qui sera en relation avec la Métropole et les îles voisines. Pour réaliser ce projet, deux appareils sont prévus, des767 300R, pour des liaisons assurées deux à trois fois par semaine dès le lancement. Compte tenu de la distance, une escale technique est envisagée au Caire ou à Louxor en Égypte. Pour les tenants du projet, appuyés par les politiques locaux, une étape à Mayotte permettrait également d'assurer la rentabilité de la compagnie.

Le projet serait donc de relier Orly ou Roissy via l'aéroport Dzaoudzi (Mayotte) dès le lancement de Newco. D'autres liaisons sont envisagées vers Marseille, avant Lyon à l'avenir. Pour Gabriel Pinelli, la grande force de la compagnie qui s'appuiera sur un personnel limité et des escales sous-traitées, sera de proposer des tarifs inférieurs à ceux actuellement pratiqués par les concurrents à savoir Air France, Air Austral, Corsair ou XL Airways. Pour Gérard Ethève, le financement "est quasiment bouclé"  même si 70 % du capital reste encore à trouver sur le marché des investisseurs privés qui ne seront pas forcément issus de La Réunion.

Concrètement, la compagnie devrait être opérationnelle en décembre 2015 pour une montée en puissance dès la fin du premier trimestre 2016. Selon les fondateurs, le nouveau transporteur pourrait espérer prendre entre 20 et 40% du marché dès la première année en offrant 262 sièges par vol sur le département d'outre-mer.