Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Une passagère poursuivie par une hôtesse de Southwest pour un tweet énervé


Twitter est devenu un défouloir pour de nombreux passagers frustrés par les procédures ou le traitement reçu des compagnies aériennes. Une chanteuse de Nashville a utilisé son compte pour faire part de sa frustration lors d’un vol en 2011 : une employée de Southwest avait refusé que sa fille de 4 ans profite de son pass priorité Business puisqu’elle était assignée au siège A34. La salariée a poursuivi la cliente pour diffamation et pour l’avoir présentée publiquement sous un mauvais jour.



Une passagère poursuivie par une hôtesse de Southwest pour un tweet énervé
Sur son blog, Eric Goldman rapporte les minutes d’un procès naît d’un tweet peu sympathique d’une passagère. En mars 2011, la chanteuse Natalie Grant prenait l’avion avec ses enfants et a tenté de les faire profiter de son statut Business Select. Mais l’hôtesse a refusé que sa fille de 4 ans monte dans l’avion parmi les premiers. Si la mère avait bien le siège A1, la fillette avait le A34. La passagère a relaté leurs échanges sur Twitter et fait part de sa frustration. Elle a entre autres écrit «Elle est le pire service client. Ma fille a 4 ans» ou encore «C’est ridicule ! Qu’est ce qu’elle espère ? Qu’elle marche par elle-même et trouve son siège comme une adulte ?». Face à ces messages parus sur le net, l’employée a décidé de poursuivre la chanteuse pour diffamation et pour l’avoir présentée publiquement sous un mauvais jour. En première instance, les charges avaient été jugées irrecevables, mais le 8 octobre dernier la cour d’appel du Tennessee a reconnu que les charges de présentation sous un mauvais jour et publiquement pouvaient être retenues. L’affaire devrait ainsi suivre son cours. Les procès à cause d’un tweet malheureux ou d’un commentaire négatif sur Internet se multiplient, les voyageurs d’affaires ont donc intérêt à tourner leurs pouces 7 fois avant de valider leur prochain message, surtout s’ils sont énervés.