USB, la clé du nomadisme

Légères, faciles à transporter, robustes, les clés USB se sont imposées comme des éléments incontournables du stockage de données, de sécurité ou encore de loisirs. Elles permettent de transférer des données que ce soit en WI-FI, Bluetooth, infrarouge (iRda). Autant dire qu’elles sont devenues indispensables aux voyageurs d’affaires.

Une clé USB c’est un périphérique amovible qui offre la possibilité de stocker jusqu'à plusieurs giga-octets de données tout en étant capable de les conserver lorsque la clé est débranchée. Mieux, sur les ordinateurs équipés des cartes mères les plus récentes, elles permettent de démarrer un système d'exploitation et de relancer une machine éventuellement bloquée. Pratique pour les utilisateurs.
Reste que le choix d’une clé n’est pas aussi évident que l’on veut bien le croire.
Il faudra prendre en compte sa capacité et son taux de transfert. Les capacités actuelles les plus courantes se situent entre 1Go et 4 Go pour un prix compris entre 10 et 50 €. Des capacités supérieures de 8 et même 16 Go sont en train de s’imposer à des prix avoisinant les 50 à 100 €. Il n’y a pas en la matière de recettes extrêmement sûres pour le choix. La clef la plus chère n’est pas forcément la plus performante. Ici, nous touchons du doigt le problème des taux de transfert qui sont de plus en plus importants selon la capacité de la clef. Il est donc nécessaire de se renseigner avant l’achat sachant que la vitesse d’écriture est habituellement plus lente que la vitesse de lecture. Certaines clés souvent plus onéreuses, comme par exemple celle de Sony, n’affichent pas toujours les meilleures performances mais compensent par un panel de logiciels accompagnant la clé. Ceux-ci permettent, outre des compressions de données, la mise en œuvre de système de sécurité par mot de passe.
Un besoin à mesurer
La clé USB utilisée en simple système de stockage permet donc de conserver des documents, de sauvegarder par exemple des fichiers PDF avec des listes de contacts ou de prix, des présentations PowerPoint, des photos ou les utilitaires jugés indispensables. Il faut également lors du choix être très méfiant devant des clés à prix
« cassés » cela peut indiquer outre une clé de très faible capacité (128 Mo) ou une clé répondant à la norme 1.0 ce qui signifie que son taux de transfert se situe aux alentours de 12 Mb/s contre les 480 Mbits/s pouvant être atteint avec la norme USB 2.0. Une simple recherche Internet permet d’être renseigné de façon précise sur les caractéristiques de la clé que vous convoitez. Un mot encore, certaines clés de stockage USB, sont également équipées d’un lecteur de cartes mémoires. Cela s’avère assez pratique lorsque l’on souhaite transférer directement des photos stockées sur une SDcard vers une clé USB.
Sécurité, l’atout choix
La sécurité fait partie des préoccupations quotidiennes des utilisateurs et des informaticiens en entreprise. Le sujet est vaste et autant retenir que certaines clés proposent des outils permettant de crypter les données présentes afin d’en assurer leur confidentialité. D’autres, sont équipées d’un micro-interrupteur qui une fois activé interdit la modification ou la suppression accidentelle des données. Enfin, l’ingénuité des développeurs permet de disposer d’utilitaires de gestion disponibles sur les principaux sites de téléchargement publics. Nous évoquerons uniquement à titre d’exemple True Crypt qui permet de créer des disques virtuels chiffrés, HP USB Disk Storage Format Tool, utilitaire permettant notamment de formater et organiser une clé USB. Afin de renforcer encore plus la sécurité, les constructeurs, dont l’imagination n’a pas de limite, ont associé à leurs clés des éléments de sécurité biométriques. Pour l’instant, il s’agit de lecteurs d’empreintes digitales. De nombreux constructeurs se sont attelés à cette tâche dont Sony avec sa Micro Vault Finger Print 256 Mo vendue à un prix avoisinant les 60 €. Zalix propose une clé de la même veine tout comme Trancend avec sa Jet flash 210 Finger Print disponible en 1 et 2 Go entre 45 et 65 €. Toutes ces clés ont en commun la protection des fichiers par reconnaissance d’empreintes digitales, elles sont bien entendu alimentées par le port USB avec une indication de l’activité par LED. Enfin, certaines sont spécialisées dans les contrôles d’accès, que ce soit à votre ordinateur ou ordinateur portable et/ou au réseau de l’entreprise. eToken PRO USB constitue un bon exemple car ce produit offre des fonctions d’authentification fortes et de non répudiation destinées à protéger les applications sensibles. Il fonctionne sur la base d’un algorithme RSA et peut-être intégré de façon transparente aux infrastructures (PKI) à clé publique.
Faciliter la transmission
Dans un monde où tout doit être connecté et sans fil de préférence, la clé USB offre ici une application de choix. Nous passerons rapidement sous silence les clés spécialisées dans les liaisons infrarouges (iRda) qui permettent le transfert de données entre certains PDA, téléphones mobiles, ordinateurs portables et imprimantes. Cette norme largement utilisée autour des années 2000 à laissé la place à Bluetooth, autre système largement aussi efficace. En déboursant entre 15 et 30 € vous trouverez largement votre bonheur. Toujours dans les réseaux, les clés Ethernet sont légions, pour une quinzaine d’euros, vous pourrez brancher n’importe quel câble Ethernet (RJ45) à votre ordinateur s’il n’est pas déjà équipé d’une carte et donc d’un connecteur. Le standard en vogue, WiFi 802.11 équipe de nombreuses clés, on les trouve à partir de 30 €. Quant à la très prometteuse technologie «Wireless USB », des prototypes ont été déjà présentés par Belkin, Alereon et Lenovo mais il vous faudra attendre encore un peu (2009-2010). Enfin, en France, les principaux opérateurs que son Bouygues, SFR et France Telecom, proposent des clés USB associées à un contrat particulier permettant de rester connecté en permanence par l’intermédiaire de réseaux GSM. Attention tout de même, certaines offres de base sont assez alléchantes mais sont limitées à un volume d’un certain nombre de méga-octets (50 Mo) au-delà desquels le transfert supplémentaire sera facturé. Dans ce cas, la note risque d’être salée pour ne pas dire prohibitive.
USB et MP3, le ménage réussi
Afin d’amener un peu de gaieté à votre environnement professionnel (ou aux longs trajets en avion), sachez qu’USB et musique font depuis longtemps très bon ménage. On peut dire que la quasi majorité des lecteurs MP3 dispose d’un câble USB afin d’être pilotés depuis un ordinateur. Néanmoins un certain nombre de lecteurs sont directement équipés d’un connecteur USB. Cela implique que l’on peut instantanément les connecter à l’ordinateur. Ces lecteurs sont habituellement minimalistes mais offrent l’avantage d’une taille extrêmement réduite. À l’instar d’Apple, Créative Labs, et autres la guerre fait rage afin de proposer toujours de nouvelles fonctionnalités afin d’émerger du lot. Vous trouverez l’objet convoité à partir de 20 € et en cherchant un peu, pour le même prix la radio FM est intégrée.
L’USB se fait aussi gadget
Pour les aficionados de l’objet rare, il existe même une montre, Geek, qui fonctionne avec un écran LCD. Elle donne accessoirement l'heure, est à la fois un lecteur MP3 (mp3, WMA), un lecteur vidéo (smv)(Divx), un enregistreur (wave), et assure aussi la lecture des E-Book. Son écran de 1.5", possède une résolution de 128 x 128, et affiche 262 000 couleurs le tout avec 2 Go de mémoire interne. Afin de faciliter les transferts elle est reconnue comme une clef USB. Qui dit mieux ! Vous la trouverez pour 149 € chez www.cadeauxtech.com. Si vous avez 399 €, le même vendeur peut vous proposer la montre GSM (MW02) qui comblera toutes vos envies technologiques. Cette dernière est bien-sûr connectable à un ordinateur en USB mais c’est aussi un GSM tri bande équipé d’une liaison Bluetooth pour les oreillettes et accessoirement pour écouter la musique issue du lecteur MP3 intégré.

L’USB (le 2.0) est l’outil nomade par excellence mais sa durée de vie semble déjà limitée. Pour les grands voyageurs la miniaturisation des éléments de stockage externes est un atout de taille. Grâce à un système de démarrage intégré, ces petits disques durs externes deviennent votre ordinateur une fois qu’ils sont connectés à un PC que ce soit au business center d’un hôtel ou une borne libre service d’aéroport. Premiers modèles attendus pour 2009. D’ici là, le disque dur LaCie Skwarim rose, doux au toucher 1.8'' embarque 60 GO de données pour moins de 110 €. Une centaine de produits de ce type sont proposés sur le marché avec un prix moyen du Go d’environ 1,30 €. De quoi succomber aux sirènes technologiques.

USB 3.0 10 fois plus performant
Au second semestre de 2007 à l’occasion de l’Intel Developer Forum, le géant américain du microprocesseur à levé le voile sur ce que devrait être l’USB3 (3.0). Il sera donc environ 10 fois plus performant que l’actuel USB 2.0 soit environ 4,8 Gb par seconde. Ce débit est atteint en utilisant notamment la fibre optique conjointement à de la connectique classique en cuivre. Selon Intel, USB 3.0 sera compatible avec l’USB 2.0. Cela met donc à l’abri tous les possesseurs de périphériques 2.0 puisqu’ils seront compatibles avec la nouvelle norme. Concrètement, les premiers périphériques 3.0 ne sont pas attendus avant début 2010. Toutes les spécifications sont rédigées par l’USB 3.0 Promoters Group, un consortium auquel appartient Intel, Hewlett-Packard, Microsoft, NEC, NXP semiconductors, Texas Instruments…
Clés USB, cartes mémoires, disques durs... taxés
Depuis le 1er octobre 2007, pour tout achat d’un des produits précités le consommateur doit s’acquitter d’une nouvelle taxe pour la copie privée. Depuis cette date, les vendeurs de disques durs externes, doivent intégrer un coût supplémentaire allant de 4,8 € pour 80 giga-octets à 20 € pour 1 To (1000 Go). Nous ne rentrerons pas dans le détail du calcul rédhibitoire de la taxe mais il faut retenir que sur tout achat d’une clé USB, vous vous acquitterez de façon dissimulée d’une redevance d’environ 22,5 centimes d’euro pour
1 Go et de 1 € pour 16 Go. Pour mémoire, les CD vierges et DVD supportent également la taxe. Pour un DVD vierge de 4,7 Go c’est près de 1 € qui vous est subtilisé. N’oubliez-pas non plus les 19,6 % de TVA. La dîme ainsi prélevée devrait rapporter de 16 à 20 millions d’euros répartis entre les auteurs compositeurs, éditeurs de musique et artistes de la profession. En clair, si vous ne stockez que des données professionnelles, la rançon vous sera quand même prélevée. Cette taxe étant uniquement hexagonale, les grands voyageurs que vous êtes trouveront ici matières à réflexion.

USB sans fil enfin dans le grand public
L’Ultrawideband nous arrive au compte-gouttes. Il s’agit de l’USB sans fil à courte portée (Wireless USB). Cette nouvelle technologie va permettre aux fabricants de PC et de produits électroniques grand public de s’affranchir des câbles qui relient habituellement les périphériques USB aux ordinateurs. Elle sera intégrée aux imprimantes, disque dur externe, le lecteur MP3 est bien entendu PC.
De nombreux retards ont été pris car deux implémentations sont en concurrence. La première entraînée par Intel «WiMedia Alliance » la seconde «l’UWB Forum » dans le sillage de Freescale. Chacun des deux concurrents cherchant à tirer la couverture à lui. Globalement l’UBW permettra un transfert théorique d’environ 480 Mb par seconde sur une distance d’environ 3 m. La vitesse diminue selon l’éloignement pour couvrir au maximum 10 m. La vitesse est néanmoins plus rapide que les réseaux Wi-Fi actuels.