Aigle Azur : les syndicats lancent un appel aux groupes Air France et Dubreuil

La compagnie aérienne est placée en liquidation avec poursuite d’activité jusqu’au 27 septembre. Les offres de reprise doivent être présentées d’ici ce mercredi à minuit.

- Publicité -

Les organisations syndicales représentatives du transport aérien (CFDT -CGT -UNSA – CFE-CGC), majoritaires au sein des salariés d’Aigle Azur, réunis ce jour en commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation demandent que le groupe Air France et le groupe Dubreuil s’engagent immédiatement dans la négociation d’un accord de performance collectif afin de définir des conditions sociales équilibrés de reprises des salariés et sauvegarder ainsi les emplois. «Faute d’accord c’est 800 emplois qui vont disparaitre» préviennent-ils.

Air France et le Groupe Dubreuil (Air Caraïbes, French bee) ont fini par avancer la semaine dernière sur l’idée d’une offre combinée, sur le papier très cohérente : Air France est intéressée par l’activité court-moyen courrier et Dubreuil par le segment long-courrier. Et les deux compagnies auraient même laissé entendre qu’elles pourraient mettre chacune 15 millions d’euros sur la table.

Hier, le tribunal de commerce d’Evry a finalement préféré placer la compagnie aérienne en liquidation avec poursuite d’activité jusqu’au 27 septembre. Les offres de reprise ont en effet été considérées comme « insuffisamment satisfaisantes » par sa présidente.

Concrètement, de nouvelles offres peuvent être présentées jusqu’à ce mercredi 18 septembre à minuit et la décision du tribunal interviendra le 27 septembre. Dans ce dossier, on sait que les «slots» sont au cœur d’une âpre compétition. Mais jusqu’à quel montant les repreneurs sont-ils prêts à estimer ces créneaux horaires, pour investir dans Aigle Azur ? Sachant qu’il existe aussi un risque de voir les avions d’Aigle Azur repris par leurs propriétaires sans possibilité alors de cession de branches d’activités. Air France peut-elle prendre le risque de voir tout ou partie des 9 800 créneaux d’Aigle Azur récupérés par easyJet ?  Ou de voir Cohor (l’association pour la coordination des horaires aériens), en cas de non reprise, récupérer les créneaux horaires et les redistribuer à parts égales entres compagnies présentes à Orly et nouveaux entrants ? Réponse dans les prochaines heures.