Nouvelle compagnie aérienne défaillante : Interjet au bord de la faillite

Interjet, qui opère des vols nationaux et internationaux depuis sa base au Mexique, a décidé de prolonger jusqu’à la fin de la semaine, la suspension de tous ses vols. Le transporteur doit trois mois de salaires à ses employés et ne parvient plus à payer ses fournisseurs.

En plus de sa dette envers son fournisseur de carburant, Interjet doit aussi gérer le conflit avec des centaines d’employés qui ont annoncé leur intention de ne plus se présenter au travail tant qu’ils n’auront pas perçu leurs salaires dus depuis trois mois.

Compte tenu de cette situation, la Confédération des travailleurs du Mexique avait demandé la semaine dernière au gouvernement de ce pays de prendre le contrôle de l’entreprise, car en cas de faillite l’État perdrait plus de 280 millions d’euros d’impôts dus, mais les médias mexicains rapportent, ce mardi, que le gouvernement a totalement exclu cette option.

Et comme les ennuis n’arrivent jamais seuls, l’Association du transport aérien international (IATA) a annoncé lundi, la suspension immédiate d’Interjet du BSP, qui se traduit par l’impossibilité d’émettre des billets d’avion par l’intermédiaire des agences de voyage et des GDS, ce qui laisse la compagnie en dehors de l’écosystème de l’industrie et entrave sa capacité à générer des revenus.

Le mois dernier, déjà, l’Agence fédérale mexicaine de protection des consommateurs avait lancé une alerte au public pour qu’il n’achète pas de billets auprès d’Interjet en raison du risque de défaillance.