Pas de reprise des voyages d’affaires en 2021, selon Forbes

La demande de voyages d’affaires ne se redressera pas en 2021, et peut-être pas avant des années. Et les conséquences de cette absence de reprise sera dévastatrice pour les compagnies aériennes, selon le magazine économique américain Forbes.

Même si un vaccin contre le Covid-19 devient largement disponible – et largement utilisé – dans le monde entier, et si les très lourdes restrictions gouvernementales sur les voyages internationaux disparaissent en grande partie, les compagnies aériennes continueront à se battre avec une demande extraordinairement faible pour les voyages d’affaires jusqu’à la fin de 2021, et probablement au-delà.

Et cela pourrait être dévastateur pour les compagnies aériennes déjà à court d’argent, qui sont assurées de déclarer cette année des pertes qui battront des records.

On ne saurait surestimer l’importance économique des voyages d’affaires pour toutes les compagnies aériennes classiques et même pour la plupart des transporteurs dits « à bas prix ». C’est le type de voyage qui, historiquement, a généré plus de la moitié, et dans certains cas jusqu’à 75 %, des bénéfices des transporteurs. En fait, les sièges moins chers vendus principalement aux voyageurs d’agrément sont des « produits d’appel » qui servent à remplir 75 % des sièges disponibles dans le secteur, de sorte que les transporteurs sont alors en mesure d’offrir des vols à la demande à leurs clients qui dépensent beaucoup pour leurs voyages d’affaires.

En 2018, les voyageurs d’affaires ont dépensé 1,4 milliard de dollars dans le monde entier pour les compagnies aériennes, les hôtels, les transports terrestres, la nourriture et d’autres services de voyage. Selon le World Travel & Tourism Council, la moitié de cette somme a été dépensée dans deux pays seulement, les États-Unis et la Chine. Environ 20 % du reste des dépenses mondiales liées aux voyages d’affaires ont été effectuées en Europe.

Mais depuis l’arrivée de la pandémie au début de l’année, les voyages ont chuté à des niveaux sans précédent. Les voyages aériens aux États-Unis ont chuté de pas moins de 95 % en avril. Et bien qu’elle ait rebondi après cette expérience de mort imminente, la demande de transport aérien aux États-Unis n’a jamais dépassé 50 % de son niveau normal précédent pendant la haute saison estivale. Aujourd’hui, elle reste inférieure à environ 70 % de ce qu’elle était il y a un an seulement. Et bien que les données ne soient pas encore claires, il semble que la demande de voyages d’affaires soit au moins aussi faible que la demande de voyages de loisirs, et probablement plus.

Cet article est consultable (en anglais), dans son intégralité, sur le site de Forbes.