Voyages d’affaires – Les prévisions pessimistes de l’agence Moody’s

Selon l’agence de notation Moody’s, les entreprises du secteur du voyage et du tourisme ne reviendront pas complètement à la normale avant trois à cinq ans.

La faiblesse actuelle de la demande, due aux préoccupations des consommateurs en matière de santé et à la baisse des revenus disponibles, ainsi qu’aux restrictions imposées par les gouvernements en matière de coronavirus, se poursuivra probablement jusqu’à ce que la pandémie soit contenue.

« Il est peu probable que l’on parvienne à se rapprocher des niveaux pré-pandémiques tant que les consommateurs ne seront pas à l’aise pour voyager à nouveau en masse, probablement après que les vaccins et les traitements seront largement disponibles« , explique l’agence Moody’s.

« Nous ne prévoyons pas un retour au volume d’avant la pandémie avant 2023 au plus tôt pour la plupart des secteurs… Un retour complet au volume normal – similaire aux niveaux de 2019 – est peu probable dans les trois à cinq prochaines années« , indique également l’analyse.

Les entreprises des secteurs du voyage et du tourisme, notamment les compagnies aériennes, les aéroports, les organisateurs de croisières, les terminaux de croisières, les hôtels et les sociétés d’hébergement et de location de voitures, ont été parmi les plus durement touchées par la pandémie.

Depuis le début de l’épidémie, les consommateurs ont cessé de voyager et de visiter les espaces publics communs par crainte de contracter le virus. La faiblesse de la demande est également due à la réglementation en matière de quarantaine et à la baisse des revenus des ménages à la suite de pertes d’emplois massives et de réductions de la masse salariale.

Conséquence : les compagnies aériennes devraient perdre des milliards de dollars de revenus en raison de la crise sans oublier tous les salariés du secteur qui ont perdu leur emploi.

Selon Moody’s, la volonté de voyager restera soumise au sentiment des consommateurs quant à la sécurité perçue des voyages dans les transports en commun, tels que les avions, les trains, les bateaux de croisière, ainsi que dans les espaces communs comme les aéroports et les hôtels.

« Ces attitudes resteront probablement en place pour les voyageurs les plus réticents au risque jusqu’à ce que la propagation du virus soit largement contenue, ce qui est de plus en plus improbable à court terme car les cas augmentent dans de nombreuses régions du monde« , explique également Moody’s.

Depuis que le virus a été détecté pour la première fois fin décembre 2019, le nombre d’infections s’est élevé à plus de 23 millions dans le monde, mais la disponibilité ou la mise à disposition d’un vaccin efficace reste incertaine.

Moody’s a toutefois noté qu’une certaine amélioration dans les secteurs du voyage et du tourisme peut être attendue au cours du second semestre, les restrictions s’étant assouplies et les entreprises ayant rouvert. Le rythme de la reprise variera d’une région ou d’un secteur à l’autre.

Il est probable que les consommateurs qui souhaitent voyager pour leurs loisirs seront en tête de la reprise, tandis que les voyages d’affaires seront à la traîne.

« Les voyages de loisirs et les voyages personnels, notamment en voiture, seront en tête. Nous prévoyons que les voyages nationaux et régionaux se rétabliront plus rapidement que les voyages long-courriers et internationaux« , précise l’agence de notation.

« Cependant, les voyages d’affaires resteront limités car les entreprises protègent la santé et la sécurité de leurs employés, tentent de limiter les coûts dans un contexte de baisse des recettes et s’appuient sur la téléconférence. En outre, les voyages d’affaires ont tendance à reposer sur les transports aériens et ferroviaires, qui seront plus lents à se rétablir que les déplacements en voiture« , conclut Moody’s.