L’édito de Gobert – Business… ou pas Travel ?

Malgré les prévisions plutôt optimistes et sereines de certains économistes de Wall Street, mais peut-on faire confiance à ces Américains qui ont élu un improbable à leur tête, qui se sont bien plantés lors des « subprimes », ces mêmes analystes surdoués, voient un « retour à la normale » dans les deux mois. Comme plus rien n’est normal depuis le début de l’année, pourquoi pas ?

- Publicité -

Plus sérieusement et revenons dans notre Europe, compte tenu de ma traditionnelle période estivale, du côté des professionnels, on verrait plutôt une reprise court et moyen-courrier vers septembre/octobre, ce qui parait raisonnable. Quant au long-courrier, toujours selon nos professionnels, il faut viser la fin de l’année 2020.

D’autant que, après avoir interrogé l’un de nos éminents experts, le retour à « plein régime » ne devrait pas être flagrant avant 2022 ! Ce qui laisse augurer et je pense que Président Macron en est convaincu, une dépression économique sûrement aussi terrible que cette saleté de Covid…

En même temps, toujours pour parler Président Macron correct, du côté de chez Havas par exemple, Laurent Abitbol se montre plus optimiste en parlant d’une légère reprise du voyage d’affaire de l’ordre de 15%. Il serait même très content si le chiffre atteignait les 25% dans les semaines à venir. Ce qui, pour l’instant, ne permet pas de déterminer quels seront les comportements dans les entreprises et surtout de ces « voyageurs » que l’on dit d’affaires.

Bien sûr, depuis le début de la crise, les affaires sont restées, non pas en sommeil, faut pas exagérer, mais ont évolué au ralenti. Par ailleurs, si les voyages et les rencontres « de visu » et de « touchu » ont été globalement stoppées, les discussions en vidéo conférences ont battu des records. Zoom, House party et autres WhatsApp en ont quasi explosé.

D’ailleurs, au vu de la qualité tant du son que de l’image, c’est un vrai progrès, lequel, soit dit en passant, a fait exploser la valeur de ces applications – Zoom par exemple.

Un réseau d’agent de voyages, le Cediv pour ne pas le nommer, organise en ce moment même son traditionnel Congrès sur Zoom… en lieu et place de Palm Springs, lieu initialement prévu. Et ça fonctionne !

Et du coup, ne sera-t-il pas plus tentant, dans les prochains mois, pour ces entreprises qui auront subies avec fracas le choc virusien, de privilégier rencontres et négociations en Visio ou audio conférence, faisant l’impasse sur ces déplacements professionnels… coûteux ?

On peut se poser la question, même si, comme le dit avec un brin d’humour Laurent Abitbol, « on ne signe pas un contrat avec Zoom » !

Pas si sûr !