COVID-19 : de nouvelles restrictions de déplacement en Asie

Alors que la France et plusieurs pays d’Europe mettent en place de nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation de la COVID-19, en Asie, la Chine, la Corée du Sud ou bien encore le Japon annoncent de nouvelles mesures. 

Alors que la pandémie a fait plus de 1,8 millions de morts à travers le monde, plusieurs pays d’Asie voient de nouveau leur nombre de cas augmenter chaque jour. Au Japon, le ministre Yoshihide Suga envisagerait la mise en place d’un nouvel état d’urgence dans la région du grand Tokyo, jugeant la situation sanitaire du pays « très sévère ». En effet, le pays subit depuis novembre une forte augmentation quotidienne de cas et a dépassé pour la première fois, jeudi dernier, les 4 000 cas en 24h. 

En Corée du Sud, les rassemblements privés sont toujours restreints à Séoul et cette mesure est désormais étendue à l’ensemble du pays face à une hausse des infections quotidiennes. Ainsi, tout rassemblement de plus de 4 personnes est interdit. 

A Hong Kong, tous les voyageurs en provenance de l’extérieur de la Chine doivent désormais se soumettre à une mise en quarantaine obligatoire dans un hôtel désigné durant 21 jours, contre 14 jours auparavant. Cette nouvelle mesure est entrée en vigueur le 25 décembre. En parallèle, les voyageurs ayant passé plus de 2h en Afrique du Sud ou au Royaume-Uni au cours des 21 derniers jours, sont interdits de séjour à Hong Kong jusqu’à nouvel ordre.