Covid-19 : les voyageurs d’affaires européens ont davantage recours à la location de voiture

996

Dans ce contexte de pandémie du coronavirus, les voyageurs d’affaires européens se tournent de plus en plus vers la location de voitures dans certains pays, d’après une récente étude d’AirPlus.

La pandémie de coronavirus a provoqué un changement significatif dans le comportement de réservation des voyageurs d’affaires. Le nombre de voyages a considérablement diminué en raison des restrictions et des confinements. Mais les voyageurs qui ont continué de se déplacer pendant cette période ont modifié certaines de leurs habitudes. 

L’objet de l’observation est la répartition entre moyens de transport privilégié durant la crise en comparaison avec l’année 2020, entre aérien, ferroviaire et location de voiture. On constate alors d’importantes disparités existent entre la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Suède, la Suisse et le Royaume-Uni, pays auquel s’intéresse l’étude d’Airplus. 

France, Allemagne, Royaume-Uni : les voitures de location ont la côte

Le pourcentage de réservations de locations de voitures par les voyageurs d’affaires a
augmenté de manière significative dans certains pays pendant la pandémie. Entre le
début de la pandémie, en mars 2020, et la fin de l’année, les locations de voitures ont
été plus privilégiées pendant la pandémie pour atteindre une part de 7,6 % en France.

Ce chiffre a progressé de 3 points par rapport à la même période un an plus tôt. En
Allemagne également, près d’une réservation de voyage d’affaires sur dix a été
effectuée auprès d’un loueur de voitures (9,2 %). Ce chiffre était de 6,1 % à la même
période l’année précédente. La hausse a été encore plus prononcée au Royaume-Uni,
où ce chiffre est passé de 4,4 % à 9,8 %, soit plus du double.

Le pourcentage de locations de voitures progresse avec les chiffres de la pandémie

Ces données reflètent clairement la première vague de la pandémie, au printemps, suivie
par la forte augmentation des cas qui recommencent à l’automne. En mai dernier, le
pourcentage de réservations de locations de voitures par rapport aux voyages en avion et
en train était supérieur de 18 points par rapport à l’année précédente en France. Cette
tendance s’est confirmée également en Allemagne avec +12.9 points par rapport à l’année
précédente entre fin avril et début mai. La situation était similaire au Royaume-Uni, où
la plus forte augmentation a eu lieu lors de la première vague de la pandémie, à la mi-mai
(+17,5 points). Ces hausses soudaines du nombre de locations de voitures sont également visibles entre octobre et décembre dans ces pays.

En peu de temps, le coronavirus a complètement inversé la tendance observée au début de l’année 2020. En mars, la part des réservations de locations de voitures était en baisse d’une année sur l’autre. Autre constatation intéressante : si la Suède s’est largement abstenue d’imposer des mesures de confinement strictes pour lutter contre la pandémie, on a également constaté des changements dans les modes de transport choisis par la population : les locations de voitures représentant un pourcentage de plus en plus important.

Italie, Belgique, Suisse : primat de l’aérien maintenu

En Italie, en Belgique et en Suisse, en revanche, les réservations de voitures de location n’ont pas augmenté de manière aussi significative. Dans ces pays, les voyageurs d’affaires se sont tournés de plus en plus vers le transport aérien, au détriment du transport ferroviaire.

Mais il existe également des différences régionales. En Allemagne, le transport
ferroviaire fut préféré au transport aérien pendant une grande partie de l’année, en
particulier pendant le premier confinement, au printemps. Le trafic aérien était alors largement interrompu, et il n’y avait pas de service sur de nombreuses lignes long-
courrier qui sont normalement fortement demandées tout au long de l’année.