Le business travel dévasté par le coronavirus

La GBTA américaine s’apprête à solliciter le Congrès pour un soutien à l’industrie du business travel. En soutien à cette demande, l’association a mené une enquête auprès de ses entreprises membres. En voici les principaux résultats.

- Publicité -

« Le coronavirus a un effet dévastateur sur l’industrie mondiale des voyages d’affaires comme nous n’en avons jamais vu », a déclaré Scott Solombrino, directeur de l’exploitation et directeur exécutif de la Global Business Travel Association. « Nous demandons instamment au Congrès de se réunir et d’adopter une enveloppe financière qui aidera l’industrie à survivre en ces temps sans précédent.  L’industrie du voyage d’affaires est directement ou indirectement responsable de sept emplois sur dix dans le monde. Il est impératif que le Congrès adopte dès que possible un projet de loi responsable pour sauver l’industrie avant que son sort ne soit scellé ».

Pour comprendre les effets du coronavirus sur les voyages d’affaires, la GBTA a mené son quatrième sondage éclair auprès de ses membres du 18 au 21 mars 2020.  La GBTA a reçu des réponses de plus de 1 155 entreprises membres dans le monde entier.

Les voyages annulés à près de 100 %

Les voyages d’affaires ont cessé dans le monde entier. Les entreprises annulent ou suspendent presque tous les voyages d’affaires en raison du coronavirus, quel que soit le pays ou la région. Les membres de la GBTA indiquent que leurs entreprises ont annulé ou suspendu « tous » ou « la plupart » des voyages d’affaires :

  • Chine : 99 % (des voyages annulés ou suspendus)
  • Hong Kong : 99 %
  • Taïwan : 98 %
  • Autres pays d’Asie-Pacifique (par exemple, Japon, Corée du Sud et Malaisie) : 97 %
  • Europe : 96%
  • Moyen-Orient/Afrique : 95%
  • Amérique latine : 92 %
  • Canada : 89%
  • États-Unis : 85% annulés ou suspendus

Une majorité de membres de la GBTA basés aux États-Unis (84 %) et en Europe (81 %) déclarent que leur entreprise a annulé ou suspendu tous ou la plupart de leurs voyages d’affaires nationaux.

 De nombreuses entreprises membres de la GBTA ont instauré une annulation/suspension générale des voyages d’affaires, quels que soient le lieu, la durée ou le but du voyage. Quatre entreprises sur dix (41 %) déclarent que leur entreprise a annulé ou suspendu tous les voyages d’affaires, tandis que la moitié (53 %) déclarent que leur entreprise a annulé ou suspendu tous les voyages non essentiels mais autorise certains voyages essentiels.

Mesures prises

Les entreprises ont pris toute une série de mesures pour protéger leurs salariés, notamment en instaurant des politiques de travail à domicile (85 %), en fournissant des informations actualisées sur la santé et la sécurité aux salariés (79 %) et en élaborant des plans d’urgence pour faire face aux situations de travail, comme l’augmentation des téléconférences et des réunions par vidéo (70 %). Parmi les autres mesures prises, citons la limitation du nombre de personnes travaillant au bureau (59 %) ; moins de personnes déclarent que leur entreprise a temporairement fermé tous les services sauf les services essentiels (26 %), a fermé entièrement les bureaux (25 %) ou a déplacé certains employés vers de nouveaux lieux de travail (11 %).

Presque toutes les entreprises ont annulé (95 %) et/ou reporté (92 %) des réunions, conférences ou événements en raison du coronavirus. Un nombre moins important (31 %) déclare que des réunions ou des événements ont été déplacés vers d’autres lieux. Lorsqu’on leur demande d’estimer le pourcentage de voyages d’affaires précédemment réservés pour mars 2020 qui ont été annulés, les membres de la GBTA estiment qu’environ 89 % des voyages d’affaires ont été annulés. C’est le double de l’estimation du sondage du 10 mars 2020 de la GBTA, où les membres estimaient que 43 % des voyages d’affaires de mars 2020 avaient été annulés à cause du coronavirus.

Les fournisseurs sont les plus touchés

Les anticipations sur la date de reprise des voyages d’affaires sont plus différenciées. Plus de la moitié s’attendent à ce que les voyages reprennent dans les trois (40 %) ou six (17 %) prochains mois. Quatre sur dix (40 %) disent ne pas savoir quand ils reprendront leurs voyages.

 Les conséquences financières du coronavirus sont graves, sept entreprises sur dix (73 %) qualifiant l’impact de « significatif ». Un autre sur cinq (19%) qualifie l’impact financier de « modéré ». Les membres fournisseurs de la GBTA ressentent plus fortement l’impact financier, neuf sur dix (94%) décrivant l’impact financier du coronavirus comme étant « important » pour les revenus de leur entreprise.

Les entreprises membres de la GBTA continuent à modifier leurs politiques de voyage en raison du coronavirus. Sept sur dix (70 %) déclarent que leur entreprise a mis en place de nouvelles politiques relatives à l’approbation des voyages – une augmentation de 15 points de pourcentage depuis le sondage du 10 mars 2020 sur le coronavirus de la GBTA. De plus, les entreprises continuent de modifier leurs politiques de sécurité et de sûreté des voyages en raison du coronavirus. Sept sur dix (70 %) déclarent que leur entreprise a modifié ses politiques de sécurité des voyageurs, une augmentation de huit points de pourcentage par rapport au sondage précédent.