Travel Planet : « Le NDC d’American Airlines ? 15.000 € et 4 semaines d’intégration »

277
Travel Planet :

La TMC française Travel Planet vient d'intégrer le NDC d'American Airlines. Pas une prouesse : le résultat d'un choix stratégique. Explications.

En décembre 2022, American Airlines (AA) avait envoyé un message fort au marché. Au 3 avril suivant, déclarait-elle alors, 40% de ses vols seraient retirés du GDS au profit de la connexion directe via NDC. Ce qui fut dit, fut fait. Fatalement, la décision de la plus grosse compagnie aérienne mondiale allait produire ses effets.

Effectivement, il y quelques jours, Sabre Corporation annonçait la disponibilité des offres NDC d’AA via Sabre Red 360 (pour les agences) et  GetThere (l’outil de réservation en ligne). Le privilège d'un acteur technologique mondial ? Pas vraiment : la TMC française Travel Planet a, de la même façon, ouvert le canal NDC d'AA aux utilisateurs de son SBT (self booking tool) Click&Control.

> Lire aussi : Le NDC d'AA disponible dans Sabre

De nombreuses TMC regrettent le manque de concertation des compagnies aériennes à ce sujet : les difficultés à plugger leurs systèmes de réservation ne seraient pas prises en compte par les transporteurs. Mais Tristan Dessain-Gelinet s'inscrivait en faux par rapport à cette position, lors d'un débat organisé par DeplacementsPros il y a quelques semaines.

> Lire aussi : Débat "Agnosticisme vs Tech 'maison'"

Le manager de Travel Planet considérait en substance que la difficulté de rendre disponible NDC dépendait de l'architecture des outils de réservation sur lesquels on opérait. "En 2016, on a fait le choix stratégique de développer une plate-forme à la fois propriétaire, mais basée sur des frameworks agiles et distribués", précise-t-il.

Tech et finances

Pour le dire plus trivialement, l'outil a été conçu pour qu'une intégration NDC soit réalisée en quelques semaines par une seule personne. De fait, celle d'AA a pris quatre semaines, deux supplémentaires avec les tests. Depuis janvier, les offres Iberia et Finnair ont subi le même traitement. Et d'ici l'été, Qatar Airways, Emirates, Delta et United Airlines suivront.

"J'estime le coût d'intégration du NDC d'AA dans notre SBT à 15.000 €". Parce qu'il faut bien, dans cette affaire, parler de sous. En effet, il n'y a pas d'impossibilité à intégrer des contenus NDC à des systèmes plus "historiques". La preuve : Sabre l'a fait (même s'il reste à déterminer s'il s'agit bien d'une intégration au système et non un module). Sauf que c'est beaucoup plus complexe. Plus de temps, plus de gens, plus d'argent.

Ce qui explique certainement le silence radio d'Amadeus au sujet du NDC d'AA. C'est une position stratégique, le calcul coûts/bénéfices d'un opérateur avant tout européen pour qui la disponibilité d'une compagnie aérienne américaine est bien moins vitale que pour son concurrent d'Outre-Atlantique. 

Un attentisme qui interroge puisque tout indique que le point de bascule vers NDC au détriment des GDS arrivera un jour ou l'autre. Tristan Dessain-Gelinet estime même que ce sera en 2023. Il file à ce propos une métaphore télévisuelle : "A partir du moment où les écrans plats se sont plus vendus que les tubes cathodiques, on n'a plus trouvé de tubes cathodiques du jour au lendemain." Gaffe aux écrans noirs.