Vélib’ arrive (enfin) à La Défense

563

Le quartier d’affaires de La Défense sera desservi par Vélib’Métropole d’ici 2025. Le déploiement de 30 stations Vélib’ aura pour objectif d’améliorer l’offre de mobilité du secteur. 

Le quartier de Paris La Défense disposera d’une trentaine de stations Vélib’ d’ici 2025, soit plus de 1 200 bornes. Les 180 000 salariés travaillant dans le quartier d’affaires pourront ainsi y louer leur vélo mécanique ou électrique. Une nouvelle solution de mobilité durable qui va « permettre de déployer un service décarboné de qualité dans le premier quartier d’affaires d’Europe », a déclaré Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris. Le coût de cet investissement : 1,2 million d’euros, incluant le déploiement d’aménagements et de stationnements cyclables. En parallèle, Vélib’ s’implantera à Créteil, à Garches et à La Courneuve en 2024. « Vélib’ ne pouvait pas être absent plus longtemps de la zone dense de La Défense. Le vélotaff est en expansion croissante, les déplacements professionnels sont encouragés par Vélib’ via l’offre Vélib’ Pro. C’est donc une excellente nouvelle pour le développement de notre réseau et les mobilités partagées au sens large », a indiqué Sylvain Raifaud, Président du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole (SAVM).

De son côté, Pierre-Yves Guice, Directeur Général de Paris La Défense ajoute à travers un communiqué : « L’arrivée du service Vélib’ sur le territoire est une action clé de notre engagement en faveur de l’essor du vélo. C’est un symbole majeur pour l’image de la transformation cyclable de notre quartier ; d’autres actions et aménagements viendront compléter ce dispositif permettant d’accompagner le développement de la pratique et répondre à l’objectif que nous nous sommes fixés d’atteindre 15 % de part modale du vélo d’ici 2030″. Pour rappel, l’abonnement professionnel Vélib’Pro permet aux employeurs de faire bénéficier à leurs salariés d’un abonnement Vélib’. Actuellement, le réseau de vélos partagés compte 1 471 stations, dont 461 hors Paris et plus de 18 000 vélos.

A lire aussi : Que dit la dernière livraison de l’Observatoire des Déplacements professionnels ?

La Défense veut tripler la part modale du vélo d’ici 2030

Mais pourquoi Vélib’ n’était-il pas présent à La Défense ? Contacté par la rédaction, Pierre-Yves Guice, Directeur Général de Paris La Défense, nous confie que les principales raisons sont administratives : « Le contrat Vélib’ a été fait pour être déployé par les communes, hors La Défense n’est pas une commune à proprement parlé, ce qui a rendu les choses compliquées ». Avant d’ajouter : « Il faut aussi être honnête, ce n’était pas une priorité jusqu’il y a encore quelques années, mais désormais ça l’est. » 

A lire aussi : Pourquoi il n’y a pas de Vélib à La Défense

Concrètement, Paris La Défense souhaite tripler la part modale du vélo d’ici 2030. Actuellement de 5% environ, le quartier d’affaires souhaite arriver à 15%. Mais avant de parler de Vélib’, le quartier d’affaires souhaite développer ses infrastructures. « Nous avons commencé, comme beaucoup, durant le Covid avec la création d’une première piste cyclable de 6km, comprenant les connexions avec les territoires avoisinants. Désormais, nous sommes dans une logique de pérennisation de ces « coronapistes » et d’aménagement des pistes temporaires dans les tunnels de la Défense pour que cela soit agréable pour les cyclistes », précise Pierre-Yves Guice. Plus de 3 000 places de stationnement vélo vont ainsi être déployées dans le quartier, dont 700 seront disponibles avant le début des JO. La signalétique va également être améliorée, tout comme l’accès à des magasins proposant des services de réparation.