Groupe ADP : quel a été le temps d’attente des passagers aux contrôles frontaliers en février 2024 ?

787

Pour rappel, le temps d’attente maximal aux contrôles frontaliers a été fixé par le gouvernement à 30 minutes pour les ressortissants européens et à 45 minutes pour les non européens. En février 2024, 0,2% des 2,3 millions de passagers internationaux ont attendu plus de 45 minutes à l’aéroport de Paris-CDG.

En collaboration avec la Direction de la Police aux Frontières, le Groupe ADP dévoile le baromètre des temps d’attente rencontrés par les passagers aux différents points de contrôles frontières dans les aéroports parisiens au mois de février 2024. Pour rappel, le temps d’attente maximal a été fixé par le Premier ministre lors du conseil interministériel du tourisme du 26 juillet 2017, à 30 minutes pour les ressortissants européens et à 45 minutes pour les non européens. 

> A lire aussi : Quel a été le temps d’attente moyen aux frontières dans les aéroports parisiens en 2023 ?

À Paris-Charles de Gaulle, sur près de 2,3 millions de passagers des vols internationaux, 88,3 % ont attendu moins de 10 minutes, 10,8 % entre 10 et 30 minutes, 0,7 % entre 30 et 45 minutes, et 0,2 % plus de 45 minutes, précise un communiqué. Au cours du mois de février 2024, 57 évènements ont entraîné des temps d’attente supérieurs à 30 minutes impactant 16 850 passagers au total.

Les statistiques sur les temps d’attente aux frontières enregistrées au mois de février 2024 dans les aéroports parisiens. © Groupe ADP

Parmi les événements marquants, le Groupe ADP cite le samedi 24 février, lors duquel les arrivées au Terminal 2E de Paris-Charles de Gaulle ont été confrontées durant toute la matinée à un pic de fréquentation inédit, avec 3 900 passagers par heure ce qui est supérieur aux flux enregistrés pendant les pics de fréquentation de l’été 2023.

200 postes de garde-frontières supplémentaires cet été

À Paris-Orly, sur près de 868 000 passagers des vols internationaux, 92,2 % ont attendu moins de 10 minutes, 7,4 % entre 10 et 30 minutes, 0,3 % entre 30 et 45 minutes et moins de 0,1 % 45 minutes ou plus. Au total, onze événements ont entraîné des temps d’attente supérieurs à 30 minutes pour 2360 passagers.

En parallèle, La Direction nationale de la police aux frontières (DNPAF) a ouvert en février 200 postes administratifs de garde-frontières, à pourvoir en Ile-de-France dont 180 viendront renforcer les effectifs à Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly et 20 seront affectés à la Gare du Nord. Ces renforts seront recrutés et formés d’ici l’été 2024.