La GBTA demande une vaste campagne de dépistage des passagers dans l’UE

Alors que le secteur du voyage se prépare à une deuxième vague de Covid-19, la GBTA (Global business travel Aassociation), appelle l’UE à l’extension des capacités de dépistage comme alternative aux restrictions générales de voyage.

« Des changements soudains et unilatéraux dans la réponse des gouvernements, tels que l’imposition de quarantaines ou la fermeture des frontières, font payer un lourd tribut au secteur du voyage, ce qui entrave encore plus la reprise économique et provoque le chaos pour les voyageurs« , a déclaré Dave Hilfman, nouveau directeur exécutif de la GBTA et vétéran du secteur aérien. « Nous devons multiplier les tests pour relancer les voyages en toute sécurité. Ils permettront de rétablir la confiance et de relancer la demande de voyages tout en prévenant de nouvelles vagues d’infection. Les frontières ne peuvent pas rester fermées indéfiniment, l’économie a besoin que les échanges commerciaux reprennent avec les personnes qui retournent au travail et voyagent« , a-t-il poursuivi.

Soulignant que les compagnies aériennes et les aéroports se sont déjà engagés à respecter les normes de sécurité les plus strictes, la GBTA estime que le fait d’exiger des voyageurs qu’ils présentent des résultats négatifs au test Covid-19 avant de monter à bord des avions apporterait une réassurance supplémentaire nécessaire. Toutefois, ce n’est possible que si les tests sont disponibles gratuitement et largement. A ce titre, l’UE a un rôle clé à jouer pour encourager tous ses États membres à investir dans la recherche, le développement, la distribution et la capacité des tests Covid-19.

Certains gouvernements de l’UE ont déjà annoncé qu’ils allaient rendre le test Covid-19 obligatoire pour les voyageurs en provenance d’un certain nombre de pays. Des décisions unilatérales auxquelles la GBTA cpréfèrerait une approche coordonnée entre pays membres.

« La Commission européenne devrait travailler avec les gouvernements de l’UE pour débloquer les fonds nécessaires à l’extension des capacités de dépistage, à l’amélioration de la précision des données et à la rapidité du partage des informations« , ajoute Dave Hilfman. « C’est une condition préalable pour relancer les voyages et accélérer la reprise économique de l’Europe« .