Breeze, Norse Atlantic, Avelo… de nouvelles compagnies aériennes décollent !

A l’heure où la pandémie de Covid frappe encore aux quatre coins de monde, de nouvelles compagnies low-costs estiment l’environnement suffisamment favorable pour se lancer, aux Etats-Unis surtout avec Breeze et Avelo. Un phénomène observé aussi en Europe, où des transporteurs aériens saisissent de nouvelles opportunités d’expansion telles la norvégienne Norse Atlantic Airways et la grecque Sky Express.

«C’est le bon moment pour créer une compagnie startup avec des coûts beaucoup plus bas. Si j’avais 30 ans de moins, c’est ce que je ferais ! » En janvier dernier dans nos colonnes, Marc Rochet, le président du groupe Dubreuil Aéro (Air Caraïbes, French bee) surprenait son monde en avançant notamment deux arguments de poids : des coûts d’acquisition des avions nettement plus bas qu’avant la crise ; des personnels aériens – et notamment des pilotes – disponibles en grand nombre sur le marché. Un avis partagé par de nombreux entrepreneurs, si l’on en juge par l’actuelle multiplication des projets de création de compagnies aériennes. C’est notamment le cas aux Etats-Unis, où l’activité aérienne a aujourd’hui retrouvé la moitié de son niveau antérieur à la crise.

Ainsi, deux nouvelles compagnies ont annoncé le début de leurs opérations ce printemps. La low-cost Avelo Airlines entend relier dans les toutes prochaines semaines Burbank (Californie) à une dizaine de villes américaines, avec une flotte de B737. Breeze Airways, elle aussi un transporteur à bas coûts dédiée au marché domestique américain, prévoit pour sa part de démarrer ses activités ce mois de mai. Basée à Salt Lake City, elle a aujourd’hui commandé 80 exemplaires de l’Airbus A220. Breeze est portée par David Neeleman, ayant participé à la création des low-costs canadienne WestJet, américaine JetBlue et brésilienne Azul. L’homme d’affaires brésilo-américain est connu aussi en France pour avoir été actionnaire d’Aigle Azur.

En Europe, un autre revenant est à l’initiative de la création de Norse Atlantic Airways. L’un de ses principaux investisseurs (15% du capital) est en effet Bjorn Kjos, le cofondateur et ex-CEO de Norwegian Air Shuttle. La nouvelle compagnie, basée à Oslo, entend s’inspirer du modèle économique de l’ancienne Norwegian Long Haul, avec des vols long-courrier à bas coûts lancés dès décembre prochain, dont des vols transatlantiques au départ de Paris-CDG, Londres-Gatwick et Oslo. Des vols opérés par des Boeing 787 Dreamliner d’occasion récupérés à bon compte auprès de Norwegian… Laquelle reprend du service désormais uniquement sur du court-moyen courrier.

D’autres compagnies européennes se sont lancées depuis le début de l’année. L’italienne EGO Airways a démarré ses activités ce mois de mars sur le marché domestique italien. Avec sa flotte d’Embraer E190, elle entend profiter des difficultés d’Alitalia tout en misant sur des lignes reliant des aéroports dits secondaires. Toujours en Europe, la grecque Sky Express s’ouvre cette année aux vols internationaux, en s’appuyant sur ses nouveaux A320neo. Son représentant en France, Aviareps, a annoncé l’ouverture début juin de dessertes entre Athènes et la France (Paris, Lyon, Nantes).

L’Europe et les Etats-Unis ne sont bien sûr pas les seuls continents où de nouvelles compagnies low-costs entendent faire leur trou. Ailleurs dans le monde, on pourrait aussi citer le Moyen-Orient avec Wizz Air Abu Dhabi, l’Afrique du Sud avec Lift ou l’Inde avec FlyBig. Avec l’arrivée de ces nouveaux acteurs, aux structures de coûts optimisées, on peut déjà s’attendre à des guerres des prix localisées sur les lignes où opèrent les grandes compagnies aériennes. Lesquelles, fragilisées, n’entendent nullement laisser prospérer ces nouveaux entrants sans réagir…