[Retour Lauriers2021] Miles & Act : « On nous demande d’appliquer notre programme au-delà du voyage ! »

[Retour Lauriers2021] Miles & Acts :
Au centre, Elodie Noriant, entourée (de g. à d.) de Salomé Mogier, Aude Jean et Aurélien Rodriguez (HCorpo), ainsi que de Fabrice Perdoncini (CEO Gekko Group) et d'Audrey Serror (HCorpo).

C'est le programme de motivation Miles & Act, fruit de la collaboration de Miles Attack et HCorpo, qui a été récompensé du prix de la "Meilleure initiative RSE", lors des derniers Lauriers du Voyage d'Affaires. Il se déploiera progressivement durant l'année 2022, comme nous l'explique sa DG Elodie Noriant.

D'après vous, comment Miles & Act (M&A) a emporté la décision du jury ?

Elodie Noriant : En fait, je crois pouvoir le dire avec certitude puisque Marie (Marie Allantaz, présidente du jury, ndr) l'a déclaré lors de la remise du prix : on a proposé un dossier très complet. Il y avait trois questions : comment engager les voyageurs dans une démarche RSE ? Comment assurer le bien-être des voyageurs ? Comment assurer l'adoption d'un programme RSE ? On aurait dit ces questions faites pour nous ! Car le programme de motivation qu'est M&A repose précisément sur l'engagement des voyageurs et la reconnaissance qu'ils peuvent en tirer.

> Lire aussi : Miles & Acts, ne dites plus "fidélisation" mais "motivation"

Comment obtient-on de l'engagement ? En laissant l'entreprise et l'utilisateur décider de la manière dont on obtient des miles (sur des critères d'économie, de green...) et de la manière dont on les dépense (à titre individuel, collectif, mixte).

M&A en est au début de son déploiement. Pouvez-vous en faire un point d'étape ?

La phase de test avec un client pilote devait s'achever avec l'année 2021. Elle est finalement prolongé de quelques semaines, un mois environ. Nous allons recruter un responsable commercial pour enclencher une phase de développement avec une équipe dédiée. Bien sûr, nous continuons à rencontrer les acteurs du voyage pour qu'ils rejoignent le programme et, parallèlement, les entreprises pour qu'elles l'adoptent.

La démarche M&A est inédite. Il faut prendre le temps de l'expliquer. Quelle est la réception des entreprises prospectées ?

Elle est très positive, nous nous y attendions. Mais nous avons été surpris aussi - agréablement : nous nous attendions à rencontrer des directeurs des achats et des DRH, et c'est le cas mais nous parlons en fait de plus en plus avec des directeurs de la RSE. Et c'est très bien car ça correspond exactement à la logique du programme. Ce qui ne veut pas dire que M&A ne permet pas de faire des économies, pas du tout, c'est même la deuxième jambe sur laquelle le programme fonctionne. Enfin, il y a eu une demi-surprise : les clients nous demandent d'appliquer le programme M&A, son système de motivation qui s'appuie sur des comportements, à d'autres domaines que le voyage, comme la mobilité ou parfois des niches comme l'utilisation de la photocopieuse, par exemple. "Demi-surprise" parce que nous avions le présentiment que c'était l'évolution naturelle de M&A que de s'appliquer à d'autres domaines que le voyage. Mais nous imaginions cette extension du programme plus tardivement. Les clients anticipent ! Nous en sommes ravis et ce sera un des défis majeurs de l'année 2022 que de répondre à cette demande très forte.