Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France: il va falloir réduire encore les coûts


La patron d'Air France Pierre-Henri Gourgeon a reçu lundi les syndicats de la compagnie pour leur faire part de ses préoccupations. Sans être alarmiste, il a averti les partenaires sociaux de l'urgence à faire de nouvelles économies.



DR Air France Gilles Delafosse
DR Air France Gilles Delafosse
Pas de licenciement ou de plan social, mais de nouvelles réductions des coûts, tel est le programme annoncé par le patron d'Air France aux syndicats. Le groupe Air France - KLM avait lancé sur l'exercice 2010 - 2011 un plan baptisé "Challenge 2012" qui lui a permis d'économiser 595 millions d'euros. La dette (près de 6 milliards d'euros), la pression de la concurrence et notamment des low-costs mais aussi la perspective de ralentissement économique conduisent les dirigeants de la compagnie à envisager de nouvelles mesures d'économies, en parallèle du plan de relance organisé autour des nouvelles bases en province. Un syndicaliste, sous couvert d'anonymat, a évoqué des pistes : non renouvellement des départs naturels, pas --ou presque pas-- d'embauches, plus grande mobilité des personnels et appel à la sous-traitance. Sur le front opérationnel, le groupe a annoncé fin juillet qu'il réduira de 2,4 points la croissance des capacités de ses long-courriers cet hiver. Il y a urgence : les résultats financiers seraient en berne et le cours de Bourse s'est effondré de plus de 55% depuis le début de l'année.






1.Posté par Aline le 06/09/2011 17:59
Bonsoir à tous

Pourquoi les compagnies européennes comme British ou Lufthansa tirent leur épingle du jeu. Pourquoi Ryanair réussi ou même easyjet. La problématique d'Air France est dans sa gestion du personnel, sa négociation salariale permanente et un besoin réel de réadapter le temps de travail à des réalités européennes. J'ai le sentiment que l'on glisse doucement vers des déficits chroniques que le gouvernement nous demandera de refinancer ! Comme il y a quelques années.