Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France voit d'un bon oeil le service minimum


Air France se dit très attachée à la préservation du droit de grève. Mais elle est loin d’être opposée au service minimum dans l’aérien. Elle a même déclaré qu’il pourrait être positif pour son activité, en ces temps de forte compétition sur le marché. Les syndicats qui contestent ce projet ont prévu des mouvements sociaux début février, si le texte actuellement à l’Assemblée nationale passait.



Air France voit d'un bon oeil le service minimum
L’Assemblée nationale a commencé à étudier, le 24 janvier 2012, la proposition de loi du député UMP Eric Diard visant à encadrer les grèves du transport aérien à l’exemple du service minimum de la SNCF. Air France a affirmé que toute disposition qui permettrait de mieux informer les passagers serait "positive aussi bien pour les voyageurs que pour notre activité" mais, petit signe en direction de ses syndicats, rappelle via un porte-parole "son ferme attachement à la préservation du droit de grève". Les syndicats ont déjà prévenu que si le texte rendant obligatoire la déclaration des intensions de grève 48 heures à l’avance était adopté, ils organiseraient un mouvement de protestation du 6 au 9 février 2012, début des vacances scolaires pour la zone A (Caen, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Nantes, Rennes, Toulouse et Corse). Une perspective peu réjouissante pour la compagnie aérienne qui vient de mettre en place le premier volet de son plan d’économie.






1.Posté par Chris le 29/01/2012 04:09
Toujours pareil , on prend en otage les passagers , mais ces inconscients , ont-ils réflechis , qu'ils sont en train de saboter leur outils de travail , quand les otages passagers , se seront tourné vers d'autres compagnie qui assureront leurs besoin , ces grévistes , ne le seront plus , ils seront alors des chomeurs , et là ils manifesteront encore , pour la préservation de leurs emplois .
Réflechissez donc avec votre tête messieurs , qu'il y a t il de deshonnorant , à effectuer son service , avec honneur , et la joie d'avoir un emploi , comparé à tous ceux qui n'en ont pas , vous devriez être fier de participer à l'effort de la nation et au développement votre entreprise , au lieu de cela , qu'elle image donnez vous de la France et des Français ?

2.Posté par PAT le 30/01/2012 08:52
La loi n'a pas davantage institué un service minimum à la SNCF qu'elle ne le prévoit dans l'aérien.

Il s'agit tout au plus de service garanti.

Pour pouvoir user du droit de grève, les salariés concernés doivent se déclarer 48 heures à l'avance (déclaration préalable d'intention de participer au mouvement de grève). Ces prévisions de ressources ou non en personnel permettent de définir un niveau de service "garanti".

Mais garanti ou pas, s'il faut mettre les voyageurs de 3 trains dans un seul (on y arrive) ou de quatre avions dans deux (on n'y arrivera pas !), il est évident que des perturbations sont à attendre par les voyageurs. Reste d'ailleurs à savoir comment les priorités d'embarquement devront ou pourront être gérées ?

Et puis que signifie cette notion de "service garanti" ? En quoi consiste la garantie ? Par comparaison, ma machine à laver est garantie. Cela ne signifie pas qu'elle ne va pas tomber en panne ! Mais si elle tombe en panne on me la réparera.

Si le moyen de transport "garanti" ne peut être assuré, quelle est la garantie proposée (entendre par là la compensation) . J'avoue que je ne sais toujours pas.