Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Des pilotes d'Air France en Chine, pour lutter contre le sureffectif ?


Comment Air France va t-elle lutter contre le sureffectif ? Le SNPL et l'association des professionnels navigants de l'aviation (APNA) pourraient bien lui avoir trouvé une solution autre que le licenciement et la retraite anticipée : envoyer les navigants en Chine, où les compagnies manquent cruellement de pilotes expérimentés.



Des pilotes d'Air France en Chine, pour lutter contre le sureffectif ?
Les deux organismes ont diffusé le 11 juin 2012 un appel aux pilotes Français : il leur propose d’aller travailler pour une compagnie chinoise basée à Shanghai pendant 2 ou 3 ans. L’association des professionnels navigants de l'aviation (APNA) est en effet en négociation avec un transporteur de l’Empire du milieu à la recherche de commandants de bord A320. Interrogée par la Tribune qui a réussi à se procurer un tract dévoilant le projet, Air France a confirmé «être prête à aider les compagnies chinoises partenaires dans leur développement durable, en mettant à disposition des pilotes de la compagnie, afin de leur faire bénéficier de leurs compétences. Cette mise à disposition se ferait sur la base du volontariat» mais a précisé que «les conditions précises de cette éventuelle assistance ne sont pas encore arrêtées, pas plus que le nombre de pilotes».
Ce projet pourrait être une aubaine pour la compagnie qui a reconnu pour la première - le mois dernier - son sureffectif. Selon les sources du journal, il serait estimé à 200 personnes et pourrait pour les pilotes «grimper jusqu’à environ 600 personnes avec les 20% gains de productivité demandés par la direction».
La question pour les navigants sera de savoir si ce départ pour la Chine sera intéressant notamment d’un point de vue salarial. Une source d’Europe 1 qui s’est également penchée sur le dossier a indiqué que «Les salaires devraient être assez proches entre la France et la Chine et les pilotes devraient avoir la possibilité de cotiser à tous les avantages français, que ce soit en matière de retraite et de mutuelle». Le comblement des écarts sera sûrement un des points principaux lors de la rencontre de l’APNA avec la compagnie chinoise le 18 juin 2012.