Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Economie: le chaud et le froid sur le voyage d'affaires


Pour la première fois depuis 4 mois, l'activité dans le secteur privé s'est reprise en France au mois de janvier selon les résultats d'une enquête Markit publiée mardi. De quoi relancer le moral ? Pas si l'on regarde l'analyse du FMI, qui estime que la croissance française ne sera cette année que de 0,2%. Le froid souffle après le chaud et une seule chose est sûre: il faut tenir les rênes du budget serrées.



Les entreprises ne se laissent pas abattre si l'on en croit l'indice Markit qui fait référence et révèle que l'indice 'flash' composite de l'activité globale en France s'est redressé à 50,9 ce mois-ci, contre 50 en décembre. Dans les services, qui représentent la plus grande part de l'activité dans l'Hexagone, l'indice 'flash' de Markit remonte même à 51,7 contre 50,3 en décembre. Las, et en revanche, l'industrie manufacturière enregistre un léger recul : l'indice Markit s'est replié à 48,5 dans ce secteur, après être ressorti à 48,9 le mois précédent. Mais comme on le sait, ce n'est pas le point fort dans l'Hexagone, reprenons le moral.
Dans la foulée, le FMI nous donne un coup de massue. Alors qu'il prévoyait en septembre que la France progresse en 2012 de 1,04 %, il a sévèrement rogné cette perspective et nous annonce deux années douloureuses Pour l'organisation, le PIB ne progressera que de 0,2% en France cette année, l'Allemagne de 0,3 (contre 3 % annoncés en septembre). Il reste que nous ne sommes pas dans le schéma du pire et de la récession telle qu'elle est vue par exemple par le FMI pour l'Italie, qui prévoit une récession sérieuse de 2,2%.
Alors avec tout cela, que faire ? Sans doute tendre le dos et attendre que... l'attentisme provoqué par la période électorale ne passe. Les TM et acheteurs vont devoir garder l'œil sur les politiques voyages, conserver les bonnes habitudes prises en 2009 de sélectionner les voyages indispensables et considérer les autres comme des investissements. L'idée, c'est de garder le moral: le pire n'est jamais sûr et au fond de la piscine, on tape du pied !

Hélène Retout

Mardi 24 Janvier 2012


Notez