Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


France : le ras le bol des taxes aériennes


Tous les ans, comme un marronnier désormais inscrit dans le temps, le même constat est fait autour des taxes de l'aérien en France : trop c'est trop. Les compagnies étrangères se plaignent du coût des charges et taxes aéroportuaires, les passagers sont des cochons de payeurs sans que rien ne change et le gouvernement n'a toujours pas compris que le voyage est une richesse pour le pays, pas une poule au œufs d'or pour le fisc.



Il faut dire que nos taxes battent des records. Regardons déjà du côté voyageur. C'est lui qui se coltine plus de 80 % de la taxe Chirac dont l'utilité, certes généreuse au départ, laisse penser que le produit de cette perception obligatoire est dilué dans on ne sait quelles actions. Certes ce bon Douste Blazy d'Unitaid, bénéficiaire d'une partie de la taxe, se répand en commentaires qu'aucun média ne reprend, faute de comprendre les tenants et les aboutissements du projet. Pire, l'an prochain, la taxe va prendre 12,5 % de plus. Au départ, l'ensemble des pays du monde devait souscrire au sympathique projet de Jacques Chirac. Seulement 11 états nous ont suivi. Devinez où sont les dindons de la farce ?
Autre taxe à venir, celle prévue pour construire le CDG Express. ADP se goinfre sur le dos des voyageurs depuis des décennies et nous demande aujourd'hui de mettre la main à la poche pour construire cette liaison. On croit rêver. Enfin, dans la série "les taxes ça n'en finit jamais", le retour de la taxe carbone est prévisible pour 2015. A nouveau, 4,75 % de plus sur le prix des billets d'avion auxquels devraient s'ajouter 2,10 % au titre de la compensation voyageur. Ajoutons la sécurité (11 euros en France contre 3,25 en Europe), les taxes aéroportuaires diverses et la hausse des redevances payées par les compagnies, les TVA sur les taxes et les taxes sur la taxe ! Et vous aurez le compte exact de ce qu'il faut débourser avant même de monter dans l'avion. On comprend pourquoi sur certains billets en classe éco, le montant des taxes est supérieur au prix du transport !
Aux USA, on se marre de cet ensemble de taxes européennes qui viennent pénaliser le transport aérien. Il faut dire qu'ils sont malins : un visa payant (l'ESTA). Il fallait y penser. Nous, on se targue à l'excès de nos 82 millions de touristes annuels qui, pour certains, ne payent que l'essence pour traverser notre pays. Quoiqu'il en soit, on se retrouve l'an prochain. Si d'ici là, une nouvelle taxe ne nous a pas tous balayés.

Pierre Barre

Mercredi 11 Septembre 2013


Notez