Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels




Lundi 29 Septembre 2014

Hôtellerie: stabilité des performances en 2013 selon KPMG


Pour la 37ème édition de son étude «L’Industrie Hôtelière Française», KPMG a analysé les ratios d’exploitation et de gestion d’un panel de 3 000 hôtels représentant un parc hôtelier de 240 000 chambres, soit près de 44 % du parc hôtelier homologué français. Elle dévoile une stabilisation des performances pour 2013.



En 2012, sous l’effet d’une contraction du marché domestique, les taux d’occupation retombaient à des niveaux équivalents à ceux constatés en 2010. «2013 enraye cette tendance baissière sans que l’on puisse observer un véritable rebond du taux d’occupation», explique KPMG. Tous les segments sont touchés. L’hôtellerie super-économique continue de voir son taux d’occupation se contracter (-0,9 pt) sous l’effet d’une densification de l’offre. Sur le segment 3 étoiles, les chiffres traduisent une légère reprise sur l’ensemble du territoire (+0,7 pt). Les performances linéaires des segments 4 étoiles (-0,1 pt) et 5 étoiles (-0,3 pt) témoignent de la relative stagnation des flux affaires et loisirs sur le marché français en 2013.
«Dans ce contexte de stagnation, l’hôtellerie de luxe fait exception. Le retour des clientèles étrangères participe au rebond du taux d’occupation (+3,9 pts) qui remonte au niveau de 2011».
A Paris, malgré des performances 2012 excellentes, les taux d’occupation se maintiennent, tous segments confondus, au dessus de 79 %. L’hôtellerie économique affiche également des performances particulièrement soutenues (82,5 %).

En outre, les chaînes hôtelières présentent, sur tous les segments, des performances en berne à fin juillet. Les taux d’occupation sont impactés de 0,5 pt avec une baisse plus forte sur le segment super-économique (-0,8 pt). Les prix moyens tendent à se stabiliser par rapport à 2013 : -1,9 % dans le haut de gamme, stable sur le segment 3 étoiles et de -0,5% sur le segment super-économique.

2013, une baisse du revenu par chambre disponible (RevPAR)
«Contrairement à l’année 2012, les hôteliers ont davantage travaillé leurs politiques tarifaires pour optimiser la fréquentation. Il en résulte une baisse du prix moyen sur tous les segments de marché qui réduit mécaniquement le RevPAR», prévient KPMG. Ainsi après quatre années consécutives de croissance sur tous les segments, du 1 au 5 étoiles, le RevPAR est en repli de 1,9 % sur le segment 5 étoiles et de 4,5 % sur le segment 1/2 étoiles.
Le rapport ajoute «Dans un contexte de marché flottant, une bonne gestion des charges d’exploitation associée à une stabilisation de l’occupation a permis d’infléchir la tendance baissière constatée en 2012». En 2013, le RBE en pourcentage du chiffre d’affaires repart à la hausse sur tous les segments : +1,2 pt à 32,5 % sur les segments 1/2 étoiles, +2 pts à 30,6 % sur le segment 3 étoiles, +3,5 pts à 30,9 % sur le segment 4 étoiles et +2 pts à 31,7 % sur le segment 5 étoiles.
Stéphane Botz, Directeur, pôle Real Estate & Hotels de KPMG confie «Plusieurs raisons expliquent cette contre-performance : une crise qui continue d’impacter le marché de la demande domestique, le coût des ventes des canaux de distribution associé à l’augmentation récente de la TVA et des marchés qui souffrent en dehors des grandes agglomérations».

2014-2015 : un redémarrage qui se fait attendre
«Après un premier semestre 2014 morose et un été médiocre, le retour attendu du tourisme d’affaires pourrait redresser les performances au niveau de 2013. Paris demeurera une destination prisée présentant des performances d’occupation soutenues. Pour les autres destinations et dans un contexte de pression fiscale croissant (TVA, taxe de séjour…) l’innovation devrait être un levier fondamental de la performance», analyse KPMG. En outre, un marché touristique international en bonne santé, un marché immobilier considéré comme une valeur refuge et un assouplissement de l’accès au crédit ont contribué à créer un environnement favorable à l’investissement hôtelier. En 2013, en France comme en Europe, le marché des transactions hôtelières a connu une année faste. 7,9 milliards d’actifs hôteliers se sont échangés en 2013 (soit 1,7 milliard de plus qu’en 2012). Les capitales attirent la majorité des investissements et Paris continue d’afficher des records (demeurant 40% plus chère que Londres).

Ces derniers mois, le marché français a été marqué notamment par l’arrivée d’une nouvelle génération d’investisseurs et l’ouverture aux particuliers du marché de l’investissement hôtelier. «En France, le volume de transactions est estimé, en 2013, à 2,4 milliards d’euros d’acquisitions hôtelières. Il demeure stable par rapport à 2012 (2,6 milliards d’euros). Malgré quelques cessions d’actifs prestigieux, ce sont bien les portefeuilles d’hôtels qui ont porté le volume de transactions. Paris demeure une formidable locomotive dans ce marché. Le prix de vente des hôtels «Prime» s’affiche, en 2013, à 710 000 euros la clef. Cette statistique est notamment gonflée par la cession du Mandarin Oriental, record européen pour l’année 2013», conclut le rapport.
Notez




Qui sommes nous ? - Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires et sites recommandés : Vacances Pratiques, twitter, Google France, Santé voyage

Numéro de Commission Paritaire des Publications et Agences de presse : 1216 W 90128
Numéro d' ISNN - 2105-049X - Numéro de déclaration à la CNIL : 1391313

 

 Deplacements Pros.com est membre du Syndicat de la Presse d'information en ligne (Spiil).

Deplacements Pros.com est membre du Centre Français d'Exploitation du Droit de la Copie.

Merci de le signaler à votre entreprise afin qu'elle rajoute Deplacements Pros.com sur sa liste des sources d'informations consultées par son personnel.