Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


JAL veut une compensation pour ses B787 immobilisés


Depuis 3 semaines, tous les Dreamliner sont cloués au sol, le temps que les autorités japonaises et américaines enquêtent sur les incidents observés sur les appareils de Boeing depuis le début de l’année, notamment sur les batteries lithium-ion. La compagnie JAL leur a d'ores et déjà précisé, ce 4 février 2013, qu’elle allait réclamer des compensations au constructeur américain. Un mouvement qui devrait être suivi.



JAL veut une compensation pour ses B787 immobilisés
Les Dreamliner de JAL ne parcourent plus le ciel depuis trois semaines. La compagnie japonaise estime que cette immobilisation lui a coûterait 700 millions de yens (5,5 millions d'euros) sur ses résultats 2012-2013. Elle souhaite donc entamer des discussions avec Boeing afin d’obtenir des compensations. La compagnie prévoit, malgré ce problème, un résultat d'exploitation sur l'exercice se clôturant le 31 mars de 186 milliards de yens (1,47 milliards d'euros) au lieu des 165 milliards attendus. Mais elle souhaite se faire entendre tout en mettant la priorité sur la résolution du dysfonctionnement. «Plutôt que de négocier avec Boeing, le plus urgent aujourd'hui est de faire en sorte que le 787 puisse reprendre ses vols en toute sécurité», a expliqué Yoshiharu Ueki, président de JAL selon Reuters. Puis, il a ajouté «Ceci étant dit, une fois que la situation sera stabilisée, nous pourrons entamer ces discussions et nous nous y préparons». ANA, compagnie du lancement de l’appareil, a estimé ses pertes à 1,4 milliard de yens (plus de 11 millions d'euros) en janvier. Et les compteurs tournent toujours...