Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


La DGAC dresse le portrait du passager aérien


Où et comment voyagent les passagers qui utilisent les aéroports français ? Depuis 2009, la DGAC se pose cette question. L’organisme a publié - le 16 août 2012 - l’édition 2011 de son étude annuelle après avoir interrogé plus de 50 000 voyageurs aériens dans 13 plates-formes de la métropole. Les résultats du sondage mené dans 2 installations d’Outre-mer seront révélés plus tard.



La DGAC dresse le portrait du passager aérien
L’Enquête Nationale des Passagers Aériens – 2011 de la DGAC permet de dresser le portrait du voyageur type passant par un aéroport de l’Hexagone : c’est un cadre français de moins de 45 ans qui a utilise un billet électronique acheté sur le net.

En effet selon l’étude, 60,5 % des répondants empruntant un vol au départ de la métropole étaient de nationalité française et 59 % résident en France, tandis que 19,4 % des voyageurs étaient de nationalité européenne et 6,2 % nord-américaine. Les passagers asiatiques représentaient moins de 2 %. Si près des 2/3 se déplaçaient pour des motifs personnels (40,2% pour «vacances/loisirs», 24,6% pour «visites et autres motifs privés»), 31 % des passagers prenaient l’avion pour des raisons «professionnel», mais ce taux est plus élevé pour les trajets intérieurs (47% des passagers).

Les voyageurs d’affaires présents dans les aéroports français
Les voyageurs d’affaires interrogés se déplaçaient principalement pour 1/2 jours (36 %) ou 3/4 jours (22 %). 16 % des professionnels sondés partaient pour plus de 15 jours. Ainsi la moyenne des réponses pour la durée du séjour est de 6 jours.
Les deux tiers des professionnels accompagnés étaient avec une personne, 15 % avec deux et 13 % avec plus de cinq accompagnants. La DGAC les a également questionné sur leur utilisation de la visioconférence. 45 % des passagers (23% souvent, 22% rarement) l’avaient employé au cours des douze derniers mois afin d’éviter un déplacement. Pour 42 % d’entre eux, c’était pour des trajets longs (plus de 5h) et pour 42 % également pour des trajets courts (moins de 2h). Mais la technologie a ses limites. Concernant le voyage effectué au moment de l’enquête : 86 % des professionnels ont déclaré qu’ils n’auraient pas pu utiliser la visioconférence afin d’éviter le déplacement. Parmi les 8 % qui auraient pu y avoir recours, la moitié a préféré se déplacer pour avoir un contact direct.

enquete_passagers_2011_pour_web_2.pdf enquete_passagers_2011_pour_web-2.pdf  (1.41 Mo)