Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Le SNPL accuse EasyJet de dumping social


Dans un communiqué sans ambiguïté, le SNPL Alpa soutient la grève des hôtesses et des stewards d’EasyJet et annonce que les pilotes pourraient se mettre également en grève si la compagnie orange poursuit son dumping social.



Le SNNPL Alpa précise que "malgré le fait que la compagnie easyJet affiche des bénéfices record pour l’année 2014, la direction nie les efforts consentis par ses équipages pour parvenir à de tels résultats et persiste dans son dialogue social de façade. Lors de l’ouverture des négociations annuelles obligatoires, la compagnie a stigmatisé ses pilotes en France, les accusant d’être trop chers". Et les pilotes de rappeler que "les PNC d'Easyjet ont pourtant consentis de nombreux efforts pour permettre le développement du transporteur, à commencer par un gel de salaire pour tous les pilotes, la baisse du nombre de congés de ceux qui étaient à mi-temps, ou encore la mise en œuvre d’un contrat junior pour encourager la création d’emplois de jeunes pilotes en France. Seuls 8 jeunes seront finalement engagés en 2015…"

Le retrait d’un avion basé à Charles de Gaulle, malgré une croissance de l’offre française de l’ordre de 5 %, ou le remplacement fréquent de pilotes sous contrat de travail français par des pilotes sous contrat étranger témoignent du dumping social engagé par easyJet selon le syndicat qui estime que le non-respect des accords négociés avec les syndicats, le rythme de travail imposé aux navigants, une gestion de plannings devenue incompatible avec la vie de famille ou encore les restrictions abusives de l’accès aux temps partiels contribuent à la dégradation progressive des conditions de travail. Il estime que l’absence de réponse de la direction de la compagnie aux lettres recommandées des représentants du personnel et la multiplication des contentieux démontrent que la compagnie favorise la « course au moins-disant » plutôt qu’un climat social apaisé.

"Cette situation est d’autant plus mal vécue par l’ensemble des salariés que les efforts consentis semblent contribuer au seul versement de dividendes (+ 35 %) aux dirigeants et actionnaires tandis que les employés ne bénéficient ni d’intéressement, ni de participation aux résultats" souligne le SNPL easyJet qui exprime toute sa solidarité avec ce mouvement et n’exclut pas le dépôt d’un préavis de grève des pilotes dans le futur si "la direction persiste dans son refus de devenir un employeur responsable soucieux d’engager une politique sociale de qualité avec ses salariés".