Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 21 Septembre 2011

New-York et Londres fonctionnent comme des aimants



Quels que soit les efforts réalisés par les autres pays européens et leurs aéroports ou par les autres villes américaines et leurs plate-formes aéroportuaires des deux côtés de l’Atlantique, New-York et Londres restent les deux villes qui accueillent le plus de passagers.



New-York et Londres fonctionnent comme des aimants
Depuis la seconde guerre mondiale, New-York est la destination phare de toutes les compagnies européennes et américaines. Malgré le développement du nombre d’aéroports aux USA et en Europe, les Top Destinations restent New-York et Londres. Le cabinet d’analyse CAPA a analysé les statistiques des vols entre les États-Unis et l’Europe en septembre. En une semaine, 69 910 passagers pouvaient transiter de l’aéroport New York JFK et Londres Heathrow. Ayant toujours l’aéroport d’Heathrow comme arrivée, les deux routes les plus importantes sont au départ de Chicago et de Los Angeles avec respectivement, 34 972 et 34 160 sièges. La quatrième route New-York JFK- l’aéroport Charles de Gaulle fait 34 120 voyageurs tandis que la fréquence New York Newark Liberty International Airport - Heathrow comptabilise 32 967 sièges.

Londres, Paris et Francfort dominent le marché européen

Londres suivie de Paris et Francfort sont les aéroports de départ et de destination de nombreux voyageurs américains. Ces trois aéroports sont d’ailleurs au centre des réseaux des alliances aéronautiques OneWorld, SkyTeam et Star alliance. Au total seulement six aéroports européens sont présents dans le Top 25 des routes aériennes.
Par contre aux États-Unis, on observe une plus grande diversité d’aéroports sur les grands axes aériens, 14 en tout.
Mais la donne pourrait être amenée a changé dans les années à venir en Europe. Si l’aéroport Charles de Gaulle et celui Francfort ont encore la possibilité d’offrir de nouveaux services et de capacité d’exploitation, les aéroports de Londres sont, eux, proches de la saturation.