Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Pourquoi nous allons vers des bagages normalisés en cabine


Une étude anglaise évoquait l'an dernier le nombre de bagages différents qui embarquaient en cabine. De la valise normalisée au sac souple via les sacs photo, les sac à dos, mallettes, attaché case... Bref, pas moins qu'une quarantaine de modèles différents, de taille variée et pas forcément faciles à manier en cabine.



Pourquoi nous allons vers des bagages normalisés en cabine
Face aux refus de certaines compagnies, principalement sur les petits avions, d'embarquer des bagages à main notamment aux USA, c'est au tour de IATA de réfléchir à cette normalisation. Officiellement, rien n'est dans les tuyaux mais les compagnies aériennes aimeraient trouver une solution à ce casse-tête qui énerve les clients et rend compliqué l'embarquement des passagers. Mieux, elles savent qu'en normalisant, elles ouvrent toutes grandes les portes des frais ancillaires. Si les normes IATA sont précises, 56 x 45 x 25 cm, beaucoup de compagnies aimeraient les revoir à la baisse. A peine 5 centimètres de moins pour permettre une installation plus facile dans les coffres à bagages des avions utilisés pour le court et moyen courrier.
EasyJet a franchi le pas : ce sera 50x40x20 en juillet prochain et Ryanair devrait suivre voire même anticiper une baisse plus importante de la taille de base : 45 x 35 x 20. A la clé, des frais d'enregistrement supplémentaires pour le 1er bagage. Mais prudence, rien n'est décidé. Mike Steamer, qui avait conçu les aménagements intérieurs des 747, reconnait qu'il faut aujourd'hui aller plus loin dans la normalisation de tout ce qui peut être embarqué en cabine. Et de donner quelques idées : "La couleur comme le décor ne concernent pas les compagnies mais on peut imaginer un bagage normalisé qui accepte le sac à main ou l'ordinateur. Car aujourd'hui c'est la multiplication du nombre de bagages qui soucie les compagnies. C'est d'abord ce point là qu'il faut travailler. Le voyageur doit s'habituer à des règles en cabine sinon on assiste à des scènes cocasses comme en Afrique ou en Asie".
A ce jour, le dossier devrait être inscrit à l'ordre du jour des réunions techniques de IATA. Un sujet loin d'être anodin. Il pourrait très vite représenter plus de 8 millions de dollars de frais ancillaires. Un argument de taille dans le monde du transport aérien.






1.Posté par Muriel le 13/06/2013 08:49
Bonjour,

Les scènes cocasses, même en Europe ou en Amérique, ont toujours existé lors de l'embarquement et de la sortie des passagers, mais je m'étonne régulièrement du non respect des autres par certains passagers quant à l'espace qu'ils occupent dans les coffres à bagages. De nombreux voyageurs d'affaires n'enregistrent pas leurs bagages en soute afin de gagner du temps à la sortie de l'avion, mais alors il se retrouve avec une valise plus un sac d'ordinateur, des journaux dans les mains lors de son embarquement et deviennent vite des gêneurs pour les autres passagers. Le touriste a aussi tendance à se surcharger lors de son installation en cabine et plus encore lors de son retour avec les produits achetés aux Duty-Free.
Et si les compagnies tout en imposant une taille inférieure de bagage à main, revenaient, pour certaines, à un bagage en soute gratuit, mais dont le poids sera augmenté, les voyageurs auraient peut-être moins tendance à en prendre plus en cabine.

Connait-on le poids moyen par passager, en fonction du vol (court, moyen ou long courrier) des bagages emportés en cabine ?