Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Que faire ? J'ai trois troisième pour le marché du voyage d'affaires !


En regardant les communiqués de presse reçus ces dernières semaines de la part des TMC, j'ai eu un coup au cœur en constatant que j'en avais trois qui revendiquaient la troisième place du podium avec plus ou moins de transparence dans leurs chiffres. Egencia, Tourcom-Manor ou AS Voyages l'affirment : ils sont bien le troisième réseau d'affaires français. Remarquez, aujourd'hui je suis zen car j'ai aussi trois quatrième. N'en jetez plus !



Reprenons les faits. En tête, avec un peu plus de milliards de chiffre d'affaires, CWT occupe bien la première place du classement. Derrière, avec environ 1,9 milliard de recettes, American Express Voyage d'Affaires est bien à la seconde place. C'est après que cela se complexifie. Il semblerait qu'Egencia en France soit autour de 500 millions d'euros. Afat Selectour (AS Voyages) annonce 1,2 milliards et le nouveau regroupement Manor/Tourcom annonce que la partie affaire de ses 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires pèse 65%. Petit calcul, cela donne environ 1,9 milliard d'euros. J'avoue que ce dernier chiffre me laisse un peu sceptique. Qu'importe. Ce qui est intéressant, c'est de noter cet attirance pour la troisième place. Il est vrai que se dire quatrième ou cinquième, c'est pas très chic, pas très flatteur. Troisième, c'est mieux. On est sur le podium, à un short des vainqueurs. On peut imaginer tutoyer les étoiles du domaine. On commence à s'entrainer pour répondre aux interviewes quand on sera leader. Bref, c'est bon pour l'image... Sauf que les chiffres avancées par les trois troisièmes sont invérifiables. Je ne dis pas qu'ils sont faux, mais tout simplement qu'il ne s'agit que d'un déclaratif (pour l'instant) dont personne ne peut affirmer qu'ils correspondent à la réalité économique. Pourquoi ce constat alors ? Tout simplement parce que le voyage d'affaires manque cruellement de repères économiques, exploitables par les fournisseurs, les clients et les agences elles mêmes. Une tâche complexe qui fait appel à la confidentialité d'un expert comptable soumis au secret professionnel et à l'analyse d'un spécialiste des marchés pour les commenter. C'est ce qu'il nous faudra mettre en place. Il reste à savoir si les acteurs du domaine joueront le jeu. Le pari est loin d'être gagné même s'il est excitant.

Marcel Lévy

Jeudi 23 Juin 2011


Notez


1.Posté par Jean-Pierre MAS le 24/06/2011 08:43
Juste un petit correctif mathématique : il y a 3 troisièmes. Départageons les: il reste un "troisième": AS Voyages, sans aucun doute, et par conséquent deux "quatrièmes" et non "trois quatrièmes" comme vous l'écrivez. Vous êtes tout excusé, il est tellement facile de se perdre dans les chiffres.

2.Posté par vainopoulos le 24/06/2011 09:37
Bien analysé.

Mais dans le cas présent, pour MANOR et TourCom, ces chiffres sont le résultat des volumes IATA et billets non IATA, SNCF, locations de voitures, et autres prestations business.
Dans les négociations avec ces fournisseurs, on ne discute pas pour ne rien dire: il faut des chiffres!
Cette place n'est pas plus excitente qu'une autre, elle est simplment le reflet du travail fourni par les deux réseaux depuis des années.
Pour exemple, TourCom a 5 personnes spécialisées biseness depuis plus de 10 ans.
Amiticalement
Richard VAINOPOULOS

3.Posté par Roland Consantin le 24/06/2011 10:11
Voilà un bon sujet et je crois que votre souhait de mettre en place cet outil de mesure est une bonne idée. Reste qu'il faudra que les fournisseurs et les TMC jouent le jeu. Mr Mas ou Mr Vainopoulos, l'accepteront-ils ?. Tout comme Amex ou CWT ? Car c'est vrai qu'un chiffre fiable est utile au moment du choix d'une agence ou de l'appel d'offres... mais aussi au quotidien dans les contacts avec les fournisseurs, directs ou indirects.
Nous suivons cette initiative avec intérêt
Cordialement
Roland

4.Posté par marcel levy le 24/06/2011 10:17
Bonjour
Nous allons essayer de tenir l'engagement mais il est vrai qu'il sera complexe car tout dépendra de la bonne volonté des uns et des autres... Reste que nous pourrons aussi indiquer des estimatifs, proches sans doute de la réalité, en fonction des marchés concernés
Essayons, tentons... Nous verrons bien
Merci pour votre soutien
Marcel Lévy