Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Saisie record de cocaïne : le directeur adjoint d'Air France - Caracas arrêté au Venezuela


L'affaire de la drogue découverte dans les soutes d'Air France poursuit son cours judiciaire et policier. Cinq personnes ont été écrouées en France et 17 au Venezuela, dont le directeur adjoint du bureau de Caracas d'Air France, Juan Chirino Ariza.



L'affaire est rondement menée et l'enquête simplifiée par le fait que peu de personnes sont susceptibles d'avoir accès aux soutes d'un appareil avec 31 valises. La justice a fait savoir mardi 24 septembre que 5 personnes avaient été écrouées en France, trois Italiens et deux Britanniques. L'agence France Presse signale qu'une source proche du dossier précise qu'aucun des interpellés n'était salarié d'Air France. La drogue était "sans doute destinée au marché européen", selon cette source, qui a notamment évoqué la mafia calabraise, la 'Ndrangheta, qui joue depuis quelques années, avec les cartels colombiens, un rôle central dans l'importation de cocaïne en Europe.
Au Venezuela, le parquet de Caracas a annoncé, le 25 septembre, qu'un total de 17 suspects avaient été arrêtés, dont le directeur adjoint du bureau local d'Air France, Juan Chirino Ariza, 8 membres de la Garde nationale bolivarienne (GNB, une composante de l'armée vénézuélienne chargée de la sécurité intérieure) et huit employés de l'aéroport. Les employés de l'aéroport seraient selon le parquet venezueliens, chargés de faire passer les bagages de la compagnie française aux rayons X. Parmi les militaires arrêtés, figure le lieutenant-colonel Ernesto Mora Carvajal, "qui le jour des faits assumait la fonction de directeur de sécurité de l'aéroport international de Maiquetia", près de Caracas, a annoncé mercredi le communiqué du ministère public.
Avec un poids de 1,382 tonne, cette saisie de cocaïne est la plus importante jamais réalisée en France métropolitaine dans le cadre d'une procédure judiciaire. Cette quantité représente une valeur à la revente d'environ 50 millions d'euros au prix de gros, et de 240 à 350 millions d'euros au détail. Une partie de la marchandise avait été saisie à l'aéroport vendredi 20 septembre, l'autre dans un camion intercepté sur une autoroute en direction du Luxembourg.