Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 17 Février 2010

Taxis parisiens, beaucoup de bruit pour rien.



Après le vote d'un amendement UMP qui supprimait le monopole des taxis parisiens dans les aéroports d'Île-de-France, le gouvernement a fait savoir qu'il annulera cette décision prise dans le cadre du Grenelle 2.



Destiné à l'origine à permettre une meilleure rotation, et donc moins de pollution, entre la capitale et les aéroports, cet amendement voulait autoriser les taxis de banlieue à se présenter également aux bornes d'attente de Roissy ou d'Orly. Voilà quelques semaines, les taxis parisiens, par la voix de leurs représentants syndicaux s'étaient indignés d'une telle volonté qui, disaient-ils, «mettrait fin purement et simplement à leur activité francilienne».
Parallèlement, les taxis menaient un autre combat visant à interdire aux motos taxis de pouvoir récupérer leurs clients directement devant leur porte d'arrivée. A priori cette autorisation sera bien accordée aux motos titulaires d'une pré-réservation formulée directement par leurs clients. En maintenant le monopole des taxis parisiens aux aéroports, le gouvernement souhaite à terme augmenter à nouveau le nombre de licences de taxis à Paris et ne pas céder aux demandes pressantes d'augmentation des tarifs présentées par les compagnies de transport.