Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Un pilote accuse Aeroflot de faire des économies sur la sécurité


Igor Deldioujov, commandant de bord à Aeroflot et chef d’un syndicat de navigants, assure dans une interview au journal Novye Izvestia, le 20 septembre 2012, que sa compagnie privilégie les économies à la sécurité de ses vols. Il accuse son employeur de truquer les chiffres pour éviter de prendre un troisième pilote sur certains long-courriers.



Un pilote accuse Aeroflot de faire des économies sur la sécurité
Igor Deldioujov et Aeroflot ont déjà eu quelques démêlés sur ce sujet. La compagnie avait renvoyé le pilote pour avoir fait appel à un troisième navigant sur une rotation Moscou-Tokyo. Une décision qui a été annulé au terme d’un procès. Le pilote a ainsi réintégré la société, et dévoile maintenant cette gestion des équipages qu’il juge dangereuse. Il assure que le transporteur minimiserait les temps de vols effectifs des long-courriers pour éviter de placer un troisième pilote. «Le temps moyen d’un vol entre Tokyo et Moscou est de 10 h 45. Aeroflot écrit dans ses horaires 10 h 20», explique-t-il. «En ajoutant la préparation avant le vol et la demi-heure d’activités après le vol, le temps de travail total est de 11 h 50», ajoute-t-il au cours de son interview. Il précise qu’au final, avec la durée de vol réelle, le temps de travail était de 12h15 alors que la législation préconise uniquement jusqu’à 12 heures de travail pour les pilotes sans relève. «La compagnie économise des dizaines de millions de roubles par an sur un vol quotidien, au prix de menaces pour la sécurité des passagers et pour la santé des pilotes», précise t-il. De nombreuses études ont montré, en effet, que la fatigue jouait un rôle dans les incidents survenus en avion.