Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Un steward perd son calme face à des passagers mécontents


Le vol American Eagle du 25 juin qui devait relier LaGuardia à l’aéroport Raleigh-Durham en Caroline du nord, a subi un important délai à cause d’un gros orage sur New-York. Cette attente de plus de 5 heures a mis à rude épreuve les nerfs des passagers, mais pas uniquement… Le steward a également passé ses nerfs au micro de l’appareil.



Un steward perd son calme face à des passagers mécontents
Une des prérogatives du personnel navigant est de garder son calme en toutes circonstances face aux passagers. Mais un steward de American Eagle a eu bien du mal à le faire sur ce vol New York-Raleigh-Durham lors d’une annonce filmée et dévoilée par le New York Post. Il indiquait que l’avion allait bientôt décoller après plus de 5 heures d’attente et ne voulait donc plus entendre leurs plaintes : «I don't want to hear anything. We will not hear anything once we close the door. So if you have balls, this is your time. Otherwise you're going to have to fly with Jose» (Je ne veux rien entendre. Nous ne voulons rien entendre une fois que les portes seront fermées. Donc, si vous en avez les couilles, c’est votre moment. Sinon vous allez devoir voler avec José).
Il faut dire que la patience de toutes les personnes du vol 4607 programmé à 13h25 avait été mise à rude épreuve. A cause des intempéries, les passagers n’avaient pu embarquer qu’à partir de 16h. Une fois tout le monde à bord, l’avion a pris place pour le décollage, mais 20 appareils avaient été programmés avant. Après 40 min d’attente, le pilote a finalement dû faire demi-tour pour refaire le plein et les passagers descendre de l’avion. Vers 18 heures, ils ont pu ré-embarquer. Mais les voyageurs étaient alors de "mauvais poil" à leur retour. C’est à ce moment que le navigant a lui aussi craqué et employé un langage très imagé pour leur dire de partir ou de se taire. Devant la gronde générale, la police a été appelée pour calmer les esprits et entendre les différentes récriminations. Le steward, accusé d’avoir bu, a dû se soumettre à un test d’alcoolémie qui s'est révélé négatif. Avec toutes ces péripéties, le vol a finalement été annulé à 20h.