Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels


Voyageurs d'affaires chauves : tout est possible !


Alfred Mannes, chercheur à l'université de Pennsylvanie, l'affirme : les chauves sont plus virils que les autres. Désolé mesdames, l'étude ne dit rien sur le sexe "dit faible", se bornant à faire remarquer que cette situation est plus rare chez les femmes que chez les hommes ! Bien vu. Au delà de cette assertion, basée sur l'étude d'une soixantaine de volontaires confrontés à des images "chocs" de chevelus, chauves et autres boules de billard, on se rend compte que les différences plaisent. Qui en doutait ?



Dans la même série d'études "scientifiques", on sait grâce à Mareike Wieth et Rose Zacks que les phases de création, quelle qu'en soit la finalité, ne sont pas forcément l'apanage des lèves-tôt. Pour les deux chercheurs, "Nous sommes créatifs en dehors du travail à des heures qui dépendent de nos habitudes de sommeil que l'on soit matinal ou au contraire travailleur de la nuit". Dans la foulée, le centre d'analyse du comportement de Tokyo précise dans une enquête menée sur 1100 voyageurs que c'est pendant les phases de transport (aérien, ferroviaire ou routier) que l'on peut le mieux structurer sa stratégie et mettre en place son plan d'action commercial ou technologique. Et de conforter l'idée que ce sont "Les moments où l'on ne peut pas interagir sur l'activité subie qui sont généralement ceux qui permettent au cerveau, libéré des contraintes de son environnement, de devenir plus efficace". On pourrait citer pendant des heures ces approches, toutes scientifiquement réalisées, pour expliquer que les lève-tôt sont plus joyeux et en meilleure santé. Ou encore que bien dormir, c'est entretenir ses défenses immunitaires. Ajouter que les femmes sont plus douées que les hommes en matière de logique d'organisation (qui en doutait) et que les gentils ne peuvent pas réussir ! Bref, autant d'études poussées résumées dans une étude sur les études scientifiques menée par l'Université des Sciences de Californie qui conclut que "Les règles établies selon des mesures qui se disent mathématiquement irréprochables ne sont que des observations rapides et sans réel intérêt scientifique. Pour qu'un échantillonnage humain soit représentatif, il faudrait analyser en moyenne plus de 45 millions de candidats en temps réel". Bon d'accord voilà qui refroidit. Mais au moins, ces études nous font sourire, et c'est bien le principal pour débuter sa journée

Marcel Lévy

Jeudi 4 Octobre 2012


Notez


1.Posté par Carolina GARCIA POSADA le 04/10/2012 09:02
Merci pour cette bonne manière de commencer la journée: avec UN GRAND SOURIRE !