48h de calvaire pour un équipage d’Air France en Argentine

Le SNPNC interpelle le Ministère des Affaires Etrangères et l'Ambassade de France en Argentine après un incident de plusieurs heures à l'aéroport puis au Tribunal de Buenos Aires pour un équipage interpellé après un incident en vol.

Le SNPNC rapporte que l'équipage du vol AF 228 du 29 octobre 2017 à destination de Buenos aires a vécu 48 heures d’angoisse à Buenos Aires. Après un incident à bord avec une passagère, qui a demandé successivement un surclassement impossible puis un changement de siège, les hôtesses et stewards se sont vus successivement interpellés par des forces de police, interrogés à l'aéroport puis dès le lendemain au Tribunal. Le Chef de cabine a été interrogé plusieurs heures durant sans même savoir à quel propos pour finalement être relâché sans explications.

Le fin mot de l'histoire : il semble que la passagère ait des liens de parenté avec une magistrate de Buenos Aires et un ancien vice-ministre de la justice. Le SNPNC raconte les événements et demande une enquête, s'inquiétant des conditions d'exercice de leur profession dans certains pays et notamment en Argentine, estimant que cette affaire "démontre que de façon aléatoire nos collègues peuvent être victimes de procédures arbitraires et sommaires et faire les frais d'une justice partiale et instrumentalisée".