Air France, victime de rumeurs infondées dans les Caraïbes

Il faut se méfier d'internet qui peut être le meilleur ami et devenir en quelques secondes, le pire média d'information. Air France en a fait les frais depuis le passage d'Irma à Saint Martin et Saint Barth.

Pas moins de 100 messages différents, fausses illustrations à l'appui, postés sur les réseaux sociaux pour évoquer des tarifs faramineux qu'aurait demandé Air France pour rapatrier les passagers de ces iles, victimes de la pire tempête de ces dix dernières années. Et le pire, c'est que la pétition en ligne a recueilli plus de 50 000 signatures d'internautes… Qui n'ont visiblement pas cherché sur le site de la compagnie française.

De son côté, la compagnie a indiqué "avoir mis à disposition des billets à 300 euros pour les sinistrés jusqu'au 19 septembre" depuis vendredi. Le problème, c'est le manque de disponibilité à cette période. La compagnie essaie d'organiser la mise en place d'un vol quotidien supplémentaire entre la Guadeloupe et Orly, et un appel au volontariat a été lancé auprès des pilotes et des hôtesses et stewards.

Par ailleurs aucun vol ne part actuellement de Saint-Martin pour la Guadeloupe. Air France envisage, dès qu'elle aura obtenu les autorisations de la DGAC et des autorités, de mettre en place un pont aérien en A320 entre l'aéroport de Fort-de-France et Saint-Martin, dont les services sont limités actuellement aux secours.